Iran : une jeune femme arrêtée parce qu’elle ne portait pas le voile sur la voie publique

Elle a été interpellée après être apparue sur des images à vélo sans hijab, dans un pays où le port du voile est obligatoire pour les femmes en public.

 Téhéran, le 19 octobre 2020. La loi en vigueur en Iran depuis 1979 impose aux femmes de sortir la tête voilée et le corps couvert d’un vêtement ample (illustration).
Téhéran, le 19 octobre 2020. La loi en vigueur en Iran depuis 1979 impose aux femmes de sortir la tête voilée et le corps couvert d’un vêtement ample (illustration). AFP/ATTA Kenare

Le port du voile est obligatoire en Iran pour les femmes en public. Parce qu'elle est apparue sur des images à vélo sans hijab, une jeune femme a donc été interpellée, rapporte ce mardi l'agence de presse officielle Irna. « Une personne qui a récemment violé la norme et insulté le voile islamique […] a été arrêtée », indique le gouverneur de la ville de Najafabad (centre), Mojataba Raii, cité par Irna.

D'après l'agence de presse, la diffusion des images de cette femme « sans voile, sur la place principale » de la ville et « devant la grande mosquée », a provoqué des protestations parmi « les habitants et les membres de clergé » de Najafabad.

Dans la vidéo, la jeune femme apparaît le visage flouté et levant un bras de temps en temps comme pour un geste de salutation.

Enquête ouverte

La loi en vigueur en Iran depuis la révolution islamique de 1979, impose aux femmes, qu'elles soient iraniennes ou étrangères et quelle que soit leur religion ou croyance, de sortir la tête voilée et le corps couvert d'un vêtement ample plus ou moins long.

Toutefois, le zèle des autorités sur ce sujet a nettement diminué depuis une vingtaine d'années et un nombre croissant d'Iraniennes, à Téhéran et dans d'autres grandes villes, laissent apparaître nettement leur chevelure.

Le gouverneur de la ville de Najafabad a indiqué qu'une enquête avait été ouverte pour connaître le motif qui a poussé la jeune femme à « commettre cet acte », sans communiquer l'identité de la détenue.

« Les habitants de la ville organisent aujourd'hui (mardi) un rassemblement pour protester » contre cette « violation sans précédent des normes ». L'agence Fars, proche des conservateurs, a également indiqué que « plusieurs femmes » ont protesté aujourd'hui à Najafabad sur la place où « une femme avait brisé la loi ».