Grèce : le chef du parti néonazi Aube dorée reconnu coupable de «direction d’une organisation criminelle»

L’annonce mercredi a provoqué des explosions de joie et des incidents devant le palais de justice d’Athènes.

 Manifestation à Athènes, le 7 octobre 2020.
Manifestation à Athènes, le 7 octobre 2020. ANGELOS TZORTZINIS/AFP

Le fondateur et chef du parti néonazi grec Aube dorée a été reconnu coupable mercredi de « direction d'une organisation criminelle », une décision qui a provoqué une explosion de joie devant le palais de justice, des jets de cocktails molotov et des tirs de gaz lacrymogènes par la police.

Le verdict a été accueilli par des applaudissements dans la salle d'audience ainsi que des cris de joie des quelque 15 000 manifestants réunis devant le tribunal. Lorsque des manifestants ont commencé à lancer des cocktails molotov, la police en nombre a tiré des gaz lacrymogènes et des grenades assourdissantes, utilisant également des canons à eau.

Nikos Michaloliakos, 62 ans, négationniste et admirateur du national-socialisme, a été reconnu coupable de « direction et appartenance à une organisation criminelle », ainsi que six autres cadres du parti. Il était l'un des 68 accusés du procès fleuve du parti néonazi, impliqué dans un meurtre et deux tentatives d'homicides.

Des peines pas encore annoncées

Quelque 45 autres députés et membres d'Aube dorée ont été reconnus coupables d'« appartenance » à une telle organisation, tandis qu'une quinzaine d'autres ont été acquittés.

Seule une dizaine des accusés étaient présents dans une salle d'audience clairsemée, les principaux cadres étant absents à l'énoncé du verdict. Ils connaîtront leur peine lors d'une audience ultérieure, mais ils encourent entre 5 et 15 ans de prison.

La cour pénale d'Athènes a également reconnu Yorgos Roupakias, membre d'Aube dorée, coupable du meurtre d'un rappeur antifasciste en 2013. Le militant de gauche Pavlos Fyssas, avait été assassiné à l'arme blanche dans la nuit du 18 septembre 2013, à l'âge de 34 ans, devant un café de son quartier de Keratsini, une banlieue de l'ouest d'Athènes. Son meurtrier, qui a reconnu l'avoir tué, risque la prison à perpétuité.

Une « décision positive »

« Pavlos mon fils, tu as réussi », a déclaré la mère de la victime, Magda Fyssas, très émue après la décision. Les parents de Pavlos Fyssas avaient écouté le verdict assis au fond de la salle d'audience. Magda Fyssas s'est levée, les poings serrés, en entendant le jugement, frappant frénétiquement la barre d'escalier devant elle, avant de quitter la salle pour fumer. « C'est une décision positive », a ajouté le père du rappeur tué, qui attend cependant de « voir maintenant les peines ».

Dans ce procès fleuve, Aube dorée était jugé dans deux autres affaires, des « tentatives d'homicide » impliquant elles aussi des membres du parti : l'une à l'encontre de pêcheurs égyptiens le 12 juin 2012, l'autre visant des membres du syndicat communiste PAME le 12 septembre 2013.

A la sortie du tribunal, les avocats des parties civiles ont salué une « décision historique ». « Aube dorée est une organisation criminelle nazie », s'est félicité Me Thanassi Kampayannis, avocate du syndicat PAME. « Justice a été rendue: Aube dorée est une organisation criminelle », a également déclaré Me Kostas Papadakis, avocat des pêcheurs égyptiens.