Etats-Unis : Twitter ne laissera pas Trump revenir sur son réseau

En janvier, après l’invasion du Capitole par des partisans du désormais ex-président, Twitter avait suspendu puis supprimé le profil de Donald Trump.

De nouveau dans l'"anonymat", Donald Trump ne devrait pas revenir de sitôt sur Twitter... Même s'il se présentait à la prochaine présidentielle américaine.
De nouveau dans l'"anonymat", Donald Trump ne devrait pas revenir de sitôt sur Twitter... Même s'il se présentait à la prochaine présidentielle américaine. LP / Arnaud Journois

« Quand vous êtes évincés de la plateforme, vous êtes évincés de la plateforme. » Twitter, qui a décidé de bannir l’ancien président Donald Trump de son réseau social pour incitations répétées à la violence, ne le laissera pas revenir même s’il devait être de nouveau candidat à la Maison Blanche, fait savoir ce mercredi Ned Segal, le directeur financier de l’entreprise.

« Selon nos règles, quand vous êtes évincés de la plateforme, vous êtes évincés de la plateforme, que vous soyez un commentateur, un directeur financier, ou un ancien ou actuel responsable politique », tranche Ned Segal sur la chaîne d’informations financières CNBC. Donald Trump « a été banni quand il était président. On ne fait pas de différences pour les responsables politiques qu’ils soient encore en service ou non », a ajouté Ned Segal.

LIRE AUSSI > Trump bloqué par Twitter, Facebook et YouTube : 5 minutes pour comprendre une décision historique

En janvier, après l’invasion du Capitole par des partisans du milliardaire républicain, Twitter avait suspendu puis supprimé le profil de Donald Trump. Le réseau s’est aussi purgé de nombreux comptes extrémistes qui soutenaient l’ancien président, dont 70 000 affiliés à la mouvance conspirationniste QAnon.

L’éviction de Donald Trump, dont le compte était suivi par 88 millions d’abonnés, n’a pas été du goût de ses fans, ni de certains défenseurs des libertés en ligne, qui y ont vu le signe d’un pouvoir démesuré des plateformes. Cela n’a pas empêché Twitter de voir le nombre d’utilisateurs dits « monétisables » augmenter plus qu’habituellement en janvier.