Coronavirus : l’Italie impose 75% de télétravail aux fonctionnaires

Le Premier ministre Giuseppe Conte a également décidé de nouvelles restrictions pour les bars et les restaurants.

 Le Premier ministre italien Giuseppe Conte a présenté ce dimanche soir de nouvelles restrictions sanitaires pour lutter contre la propagation du virus.
Le Premier ministre italien Giuseppe Conte a présenté ce dimanche soir de nouvelles restrictions sanitaires pour lutter contre la propagation du virus.  REUTERS/Alberto Lingria

L'Italie finira-t-elle par donner des idées à la France sur la gestion de la crise sanitaire? De l'autre côté des Alpes, le Premier ministre Giuseppe Conte a donné une conférence de presse pour annoncer de nouvelles mesures de restriction afin de lutter contre la propagation du virus, alors que l'Italie reste à ce jour le pays européen le plus touché du continent, avec 414 000 cas et 36 543 décès. Et les derniers bilans épidémiologiques ne sont guère reluisants. Vendredi, le pays a pour la première fois passé le cap des 10 000 nouveaux cas quotidiens et est resté au-dessus de ce seuil depuis. La menace est prise très au sérieux.

Autant de raisons qui ont conduit Rome à serrer de nouveau la vis. Avec une mesure bien singulière : l'administration sera contrainte de travailler à 75 % en télétravail. Le gouvernement espère ainsi réduire la pression sur les transports publics qui, pour respecter la distanciation physique, doivent limiter leur nombre de passagers, notamment aux heures de pointe. Les réunions de travail en présentiel seront aussi à éviter au profit de vidéo-conférences. Des mesures qui sont largement recommandées dans le secteur privé, le gouvernement n'ayant pas de levier d'action à ce niveau-là.

Le gouvernement français, lui, depuis la fin du confinement, se contente d'appeler les entreprises à favoriser autant que possible le télétravail et n'impose aucune contrainte globale chiffrée à ses fonctionnaires.

D'autres mesures déjà prises en France

Les mesures prises en Italie ne s'arrêtent pas là. Et la France, sur ces autres points, semble cette fois avoir donné quelques idées à son voisin. Le gouvernement de Giuseppe Conte a ainsi décidé que les restaurants devront obligatoirement fermer leurs portes à minuit, et ne pourront accueillir plus de six clients par tablée. Les bars qui ne seront pas en mesure de proposer à leurs clients un service à table devront quant à eux fermer leurs portes dès 18 heures, contre 21 heures auparavant.

L'Italie a également décidé d'interdire toutes les fêtes et foires locales (de la châtaigne, des champignons) très populaires dans le pays. En outre, tous les sports collectifs amateurs seront désormais prohibés. Les maires pourront quant à eux décider « la fermeture au public, à partir de 21 heures, de rues ou de places où peuvent se créer des attroupements ».

« Nous ne pouvons pas perdre de temps, s'est justifié le Premier ministre depuis le Palazzo Chigi, siège du gouvernement. Nous devons mettre en œuvre des mesures pour éviter un nouveau confinement généralisé qui pourrait mettre gravement en péril l'économie. » Pour prévenir la flambée des cas, le gouvernement avait déjà décidé le 7 octobre de rendre obligatoire le port du masque à l'extérieur sur tout le territoire et de prolonger jusqu'au 31 janvier l'état d'urgence. Ceux qui ne portent pas de masques hors de chez eux risquent une amende pouvant aller jusqu'à 1000 euros.