Arabie saoudite : attaque des Houthis contre un aéroport, un avion de ligne détruit

Les rebelles yéménites ont revendiqué l’attaque contre l’aéroport international d’Abha et disent avoir ciblé un «objectif militaire».

La tour de contrôle de l'aéroport d'Abah, en Arabie saoudite, en 2019.
La tour de contrôle de l'aéroport d'Abah, en Arabie saoudite, en 2019. AFP/Fayez Nureldine

Un avion commercial a pris feu sur l’aéroport d’Abha, dans le sud de l’Arabie saoudite, ce mercredi, à la suite d’une attaque menée par des rebelles yéménites Houthis. L’incendie a été maîtrisé, a précisé la télévision d’Etat, citant la coalition soutenant le gouvernement yéménite depuis 2015 et qui est dirigée par l’Arabie saoudite. Le type d’attaque perpétré n’a pas été précisé, mais la coalition a indiqué plus tôt avoir intercepté deux drones armés dirigés par les Houthis vers le sud de l’Arabie saoudite. L’avion de ligne se trouvait en stationnement sur cet aéroport, qui a déjà été pris pour cible à plusieurs reprises par les Houthis.

« Une attaque lâche a été lancée par la milice terroriste des Houthis contre l’aéroport international d’Abha. Un avion au sol a subi un incendie, qui a été maîtrisé », a précisé la télévision. Des « mesures nécessaires ont été prises pour protéger les civils ». « Prendre pour cible l’aéroport d’Abha est un crime de guerre et met en péril la vie de voyageurs civils », a ajouté la chaîne citant la coalition.

La cible officielle était une aire de stationnement d’avions militaires

Les rebelles yéménites Houthis ont aussitôt revendiqué l’attaque, affirmant avoir pris pour cible un « objectif miliaire ». « Selon leur porte-parole, quatre de leurs drones ont pris pour cible les aires de stationnement d’avions militaires de l’aéroport d’Abha, «qui est utilisé à des fins militaires pour cibler le peuple yéménite».

Le « ministre » des Affaires étrangères des Houthis avait déclaré mardi à Sanaa que les opérations des insurgés visant l’Arabie saoudite étaient menées en riposte aux raids de l’aviation saoudienne au Yémen. « J’ai un message à la nouvelle administration américaine et aux Saoudiens : Arrêtez vos attaques et nous arrêterons nos attaques contre vous. C’est aussi simple que ça », a clamé Hicham Charaf. Selon lui, les rebelles sont intervenus dans la région de Marib, un bastion du pouvoir, contre des « mouvements de groupes extrémistes » venus renforcer les forces fidèles au président Abd Rabbo Mansour Hadi. L’aviation saoudienne est intervenue contre les rebelles et « nous nous sommes trouvés dans l’obligation de riposter », a-t-il affirmé.

LIRE AUSSI > Bombardements, famine et rivalités… Tout comprendre à la guerre au Yémen

Dimanche et lundi, la coalition menée par l’Arabie saoudite avait annoncé l’interception de deux drones tirés depuis le Yémen. Les Etats-Unis ont appelé dimanche les Houthis « à cesser immédiatement les attaques qui touchent les zones civiles à l’intérieur de l’Arabie saoudite et à mettre un terme à toute nouvelle offensive militaire au Yémen ». La France les a appelés mardi à mettre un terme à leurs « actions déstabilisatrices », se disant « très préoccupée » par leur offensive sur Marib et dénonçant « l’escalade en cours, tant au Yémen qu’à l’encontre de l’Arabie saoudite ».

Newsletter L'essentiel du matin
Un tour de l'actualité pour commencer la journée
Toutes les newsletters

La guerre au Yémen a fait des dizaines de milliers de morts et des millions de déplacés, selon des organisations internationales, et provoqué la pire crise humanitaire actuellement dans le monde, d’après l’Organisation des Nations unies. Les Houthis sont soutenus par l’Iran chiite, rival régional de l’Arabie saoudite sunnite.