Un conducteur du Transilien écrit un message réconfortant sur Twitter à celle qu’il a sauvée du suicide

Le conducteur d’un train s’est adressé, sur Twitter, à la femme qui a tenté de se jeter sous ses roues sur la ligne U du Transilien. Un message d’espoir.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Le message posté sur Twitter par Séb le mécano a été lu plus de 8000 fois.
Le message posté sur Twitter par Séb le mécano a été lu plus de 8000 fois. DR

C'est un tweet qui fait du bien en ces périodes agitées. Celui d'un conducteur de train de la ligne Transilien U, qui a pu éviter un suicide, mardi soir, à son terminus de la Défense.

Et qui ce mercredi matin s'est adressé, avec bienveillance, à l'inconnue qui aurait pu passer sous son train : « Madame, ce soir à la Défense vous avez voulu nous quitter, mais vous n'avez pas choisi le bon train, le mien. Je vous ai aperçu de loin malgré l'obscurité de la gare et je vous ai épargné à 2 mètres près ». Il poursuit en lui souhaitant « avec cette nouvelle chance »… d'« avoir une vie meilleure que celle qui vous a poussé à faire ce geste désespéré ».

Un thread lu par plus de 8 000 twittos. « Quant à moi, poursuit Seb le mécano, j'ai repris mon petit bonhomme de chemin. J'ai fini ma journée de service. Impatient de rentrer au dépôt, prendre ma voiture pour rentrer à la maison. Être accueilli par mon chien au pas de ma porte, ma femme qui m'attendait avec des crêpes et embrassé mon enfant qui dormait paisiblement. Des choses simples du quotidien, nous raccrochant à la vie ».

Des caméras intelligentes pour détecter des comportements suspects

En aparté, il nous raconte, « J'avais déjà la main sur le frein et j'ai accentué machinalement mon freinage puis j'ai frappé le bouton-poussoir d'urgence qui se trouve dans tous les trains ». Le bouton qui permet d'arrêter rapidement les freins. « Je me suis arrêté à 2 ou 3 mètres de la dame. Elle a été prise en charge ensuite par des collègues ».

Les « accidents de personne », comme on les appelle pudiquement, se produisent malheureusement tous les deux à trois jours sur le réseau Transilien. La SNCF préfère toutefois rester discrète sur le sujet, craignant qu'en en parlant, leur nombre risque d'augmenter. Car, au-delà de la perte humaine déjà dramatique, ces accidents génèrent chez les conducteurs de train de véritables traumatismes. « C'est notre hantise » racontait Christian, au Parisien en 2017.

Depuis plusieurs années, la SNCF et la RATP réfléchissent à des solutions pour éviter les passages à l'acte en s'inspirant d'expériences à l'étranger. A Tokyo, au Japon, des lumières bleues ont été installées sur le quai, censées apaiser les esprits. Les rideaux de quai, en cours d'expérimentation sur le réseau francilien, permettent de limiter les passages sur les voies. Et bientôt, des caméras intelligentes pourraient peut-être aussi reconnaître les signes annonciateurs d'un geste fatal.

Newsletter L'essentiel du matin
Un tour de l'actualité pour commencer la journée
Toutes les newsletters

Même si rien ne pourra remplacer la présence d'esprit de Seb le mécano, qui cette semaine a sauvé une vie.