Paris : pourquoi la station de métro République risque de saturer en 2023

Le prolongement de la ligne 11 à Rosny-sous-Bois va amener un flux supplémentaire de voyageurs sur l’un des plus gros hubs du réseau… Mais ses infrastructures n’ont toujours pas été adaptées.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 La station République risque d’être saturée avec la mise en service du prolongement de la ligne 11.
La station République risque d’être saturée avec la mise en service du prolongement de la ligne 11.  LP

Bouchons de passagers en vue pour la station République! A l'horizon 2023, l'arrivée des nouveaux usagers depuis Rosny-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) sur la ligne 11 risque de poser problème dans les couloirs de correspondance.

Aux heures de pointe, les prévisions tablent sur 30 % de fréquentation. Suffisant pour saturer au moins trois couloirs déjà très chargés aujourd'hui… En conséquence, certains passagers pourraient se retrouver bloqués sur les quais, dans l'impossibilité d'accéder aux couloirs. Les métros qui arriveront à la station devront ralentir, provoquant des retards sur la ligne et l'impossibilité de respecter l'intervalle exigé aux heures de pointe entre deux trains.

Un amendement déposé pour la construction d'un nouveau tunnel de correspondance

« Cela fait des années que j'alerte et ils n'ont rien fait », soupire Jacques Baudrier, élu PCF et administrateur d'Ile-de-France Mobilités (IDFM). Pour limiter le phénomène, son amendement, déposé avec Pierre Garzon Fabien Guillaud-Bataille, a été en partie accepté par le conseil d'administration de ce jeudi matin. 9 millions d'euros seront débloqués afin de financer des études et construire une nouvelle infrastructure de correspondance.

Cette solution permettrait de réduire la tension dans les couloirs existants. Mais elle a un coût : 60 millions d'euros. « L'annonce du lancement des études en Conseil d'Administration d'IDFM est une grande victoire mais le financement des travaux doit encore être confirmé. Les usagers pourront compter sur notre vigilance», poursuit Jacques Baudrier.

Pour l'élu communiste, ce serait aussi l'occasion de fusionner les lignes 3bis-7bis. Une idée qu'il défend depuis longtemps pour offrir une « alternative intéressante pour rejoindre le centre de Paris à de nombreux usagers des XIXe et XXe arrondissements qui utilisent la ligne 11 ». D'autant plus que cette fusion sera bientôt possible grâce à l'arrivée de nouveaux métros vers 2024, sur ces lignes, désormais compatibles les uns avec les autres.

La RATP reconnaît le problème, IDFM relativise

IDFM et la RATP, de leur côté, se disent tout à fait conscients du problème : « A l'occasion du lancement du projet de rénovation de la station République, réalisé par la RATP à la demande d'IDFM, détaille la RATP, de nouvelles enquêtes voyageurs et comptages ont été réalisés pour disposer d'une vision actualisée et précise des flux, particulièrement des flux en correspondance. Elles ont mis en évidence un phénomène de saturation à long terme (horizon 2035) du quai ligne 11 direction Châtelet si rien n'était entrepris d'ici là. »

IDFM relativise toutefois l'impact de la ligne 11, expliquant que « République voit passer 5 lignes de métro (3-5-8-9-11) et que l'augmentation des flux dans cette grande station de correspondance ne peut être imputée à la seule ligne 11 et à son prolongement à Rosny-Bois Perrier ». L'autorité organisatrice des transports en Ile-de-France assure néanmoins que « les études d'adaptation des stations existantes (ASE) de la ligne 11, y compris République, approuvées par IDFM en décembre 2014, avaient pris toutes les dispositions pour garantir le respect des normes d'évacuation ». La RATP abonde, assurant que « les études de conception du projet sont en cours ».

Paris : pourquoi la station de métro République risque de saturer en 2023

Reste toutefois un sujet à discuter : celui du financement. Car « les investissements porteront à la fois sur de la rénovation et sur des investissements capacitaires », détaille IDFM. Mais d'après elle, « Les travaux étant pour partie dus aux impacts des infiltrations d'eau consécutifs au réaménagement de la place de la République par la Ville de Paris, celle-ci sera appelée à en financer une partie ».

La question de la station Porte des Lilas

La saturation de la station République n'est pas le seul point discuté ce jeudi matin. Le représentant des usagers au CA, Bernard Gobitz de la Fédération nationale des usagers pointe également la situation « délabrée » de la porte des Lilas. Et réclame sa réhabilitation immédiate.

Malgré son état avancé de délabrement, la station Porte des Lilas ne sera pas rénovée avant au moins 2024. DR
Malgré son état avancé de délabrement, la station Porte des Lilas ne sera pas rénovée avant au moins 2024. DR  
Newsletter L'essentiel du matin
Un tour de l'actualité pour commencer la journée
Toutes les newsletters

Mais il faudra encore attendre plusieurs années. La RATP ne prévoit pas d'amélioration avant au moins 2024. « Cet horizon se justifie par des travaux préalables à mener sur l'ensemble de la ligne existante et future ». Selon la régie, « la configuration particulière de la station Porte des Lilas (trois voies, deux quais dont un quai central, positions de garage de trains, attachement de conduite, poste de manœuvre local…) ne permet pas de tout réaliser en même temps sans impacter fortement l'offre de service. Il a donc été choisi de rénover la station une fois la ligne prolongée à Rosny-sous-Bois pour assurer un service de qualité aux voyageurs ».