Paris : Clem déploie près de 300 véhicules utilitaires électriques en libre-service

Le service Clem va installer 264 camionnettes électriques sur d’anciennes bornes Autolib’ de la Ville de Paris. Le service de location est ouvert aux professionnels comme aux particuliers.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Clem, un service de véhicules utilitaires en autopartage et ouvert à tous, particuliers comme professionnels, arrive à Paris sur 250 anciennes bornes Autolib’.
Clem, un service de véhicules utilitaires en autopartage et ouvert à tous, particuliers comme professionnels, arrive à Paris sur 250 anciennes bornes Autolib’. Clem

Besoin d'une camionnette pour déménager, transporter des meubles pour l'appartement ou des plantes pour la terrasse ? Pour les milliers de Parisiens qui pour la plupart n'ont pas de voiture, voici une nouvelle solution, qui a le mérite d'être non polluante, ou en tout cas zéro émission.

Clem est une société d'autopartage qui a décroché auprès de la Ville de Paris un contrat pour exploiter 54 stations comptant en tout 264 anciennes bornes Autolib' dans la capitale. Sa particularité : proposer à la location que des fourgonnettes ou des monospaces utilitaires électriques.

A partir de 4,50 € la demi-heure

Il s'agit pour l'instant de Renault Kangoo (dont certaines rachetées à La Poste, d'où leur couleur jaune) et de Nissan eNV200 Evalia. « Mais nous pourrons nous adapter à la demande, en proposant par exemple des camions plus gros ou des véhicules frigorifiques. On peut prévoir ce qui est nécessaire aux pros de la logistique », explique Bruno Flinois, fondateur de Clem.

Parmi les véhicules proposés à la location, des Nissan eNV200 Evalia. Clem
Parmi les véhicules proposés à la location, des Nissan eNV200 Evalia. Clem  

Comment ça marche? Il suffit de vous inscrire sur l'appli Clem, avec votre carte bleue et bien sûr votre permis de conduire pris en photo. Une fois celui-ci vérifié par les équipes de Clem, en général en moins de 24 heures, vous pouvez réserver votre véhicule. Il suffit pour cela de vous connecter à l'appli et de repérer sur la carte de Paris une station avec les utilitaires Clem. Vous pouvez en réserver un instantanément, pour dans une heure, dans une semaine ou dans un mois.

L'objectif est d'être à la fois accessible à tout le monde, avec des réservations à la demi-heure à partir de 4,50 € tout compris, assurance et énergie, puis des tarifs dégressifs au-delà de 9 € de l'heure. Les tarifs grimpent à 39 € la journée pour un Kangoo et à 50 € pour la fourgonnette Nissan. Mais ils restent avantageux par rapport à de nombreux loueurs, d'autant plus qu'il n'y a aucun frais de carburant, la recharge électrique étant incluse.

Des offres adaptées aux professionnels

Mais l'objectif est aussi, à travers d'autres formules tarifaires, de s'adapter au besoin des entrepreneurs. « Si un professionnel décide de laisser tomber son utilitaire personnel, c'est parce que l'autopartage sera moins cher et plus pratique, explique Bruno Flinois. S'il faut qu'il soit à Rungis tous les lundis matin par exemple, il a la possibilité de réserver un véhicule pour tous les lundis de l'année à la même heure. »

Deux offres leurs sont ainsi proposées, à 70 ou 200 € par mois, et permettent ensuite des réservations multiples et des réductions respectivement de 20 % et 40 % sur le tarif horaire de base (9 € ou 11 € de l'heure suivant le véhicule).

Le service est opérationnel, mais prend tout doucement ses marques. Déjà, actuellement, sur les 264 bornes Autolib' attribuées à Clem, seule une cinquantaine a des véhicules disponibles. La montée en charge sera progressive durant l'année.

Un service encore en rodage

En attendant, à cause de cette offre relativement faible, pas sûr que la camionnette en bas de chez vous soit disponible. Il faut parfois être prêt à prendre le métro pour aller à une borne plus loin pour pouvoir l'emprunter. Ou mieux vaut anticiper pour être sûr d'avoir un véhicule disponible. La réservation est possible jusqu'à trente jours à l'avance.

Newsletter L'essentiel du matin
Un tour de l'actualité pour commencer la journée
Toutes les newsletters

Ensuite, si vous trouvez un véhicule disponible, il est théoriquement possible de le déverrouiller simplement avec son smartphone avant d'en prendre le volant. Et, si la connexion ne se fait pas, il est possible de passer par la borne de recharge Autolib' et de taper son code reçu par SMS pour ouvrir la voiture. Mais si la borne est hors-service, ce qui a été le cas lors de notre test, il faut se résoudre à attendre la venue d'un technicien… Pas évident quand on est pressés d'aller chercher une livraison de matériel.

Jusqu'à 200 km d'autonomie

Mais au-delà des risques de ratés, comme souvent dans les nouveaux services, les quelques habitués de Clem à Paris sont ravis. A l'image de Christine Grzybowska, de l'association Coup de Pousses, qui a déjà utilisé une dizaine de fois une camionnette de Clem située dans le XIIe arrondissement, à proximité de son association.

« Nous sommes une association qui fait de la végétalisation, des jardins et des potagers et nous avons besoin ponctuellement d'un véhicule, explique-t-elle. Clem est un service qui répond parfaitement à nos besoins. La station est toute proche et l'autonomie est suffisante. Nous avons pu aller entretenir un jardin à Crécy-la-Chapelle, en Seine-et-Marne, à une cinquantaine de kilomètres. »

L'autonomie des Nissan est en effet d'environ 200 km, mais celle des Kangoo, plus anciennes, de 60 km. « La moyenne de nos locations est pour des courses de moins de 10 km », précise Bruno Flinois, qui insiste aussi beaucoup sur la qualité du parc de véhicule et son entretien. « On ne laisse rien passer, assure-t-il. Et puis, c'est véritablement du partage. Les utilisateurs sont souvent amenés à réutiliser le véhicule, donc ils en prennent plus soin. On n'est pas Autolib'. »