Le cap des 400 000 abonnés franchi: Vélib bat des records dans le Grand Paris

Les 19 500 vélos partagés sont littéralement pris d’assaut depuis la rentrée. Une fréquentation inédite qui pose la question d’une augmentation de la flotte de vélos disponibles.

 Depuis la rentrée, le réseau Vélib enregistre  une moyenne de 187 600 courses quotidiennes, avec un pic à plus de 209 700 courses vendredi 4 septembre .
Depuis la rentrée, le réseau Vélib enregistre une moyenne de 187 600 courses quotidiennes, avec un pic à plus de 209 700 courses vendredi 4 septembre . LP/Philippe Lavieille

Les chiffres donnent le tournis. Le réseau Vélib est littéralement pris d'assaut depuis le déconfinement. Le nombre de courses, d'abonnés et de kilomètres parcourus à Vélib n'en finit pas de battre des records depuis la rentrée. Les premiers jours de septembre sont marqués par « une moyenne de 187 600 courses quotidiennes, avec un pic à plus de 209 700 courses vendredi 4 septembre ».

Ces records arrivent après deux mois d'été exceptionnels. « Avec 155 000 courses quotidiennes en juillet, 121 330 en août pour un total cumulé de 26,3 millions de km parcourus, les usages quotidiens ont été multipliés par deux par rapport à la même période en 2019 », souligne l e syndicat mixte Autolib Vélib Métropole (SAVM), qui regroupe 103 communes adhérentes.

Le cap des 400 000 abonnés vient d'être franchi ce mois-ci, soit 150 000 de plus qu'il y a un an. Un niveau jamais-vu, même au temps de JCDecaux, l'opérateur de Vélib entre 2007 et 2017. « 45 % des abonnés sont des femmes. 77 % des courses sont réalisées dans Paris, 13 % de proche couronne vers Paris et 9 % entre communes de proche couronne », précise le SAVM.

Les vélos en libre-service n’ont jamais autant séduit, surtout les modèles électriques (les bleus). LP /Arnaud Journois
Les vélos en libre-service n’ont jamais autant séduit, surtout les modèles électriques (les bleus). LP /Arnaud Journois  

57% des courses effectuées en vélo électrique

La forte demande de Vélib est alimentée par la crise du Covid-19, qui pousse les Franciliens à éviter les transports en commun, et la multiplication des pistes cyclables dans le Grand Paris. Mais cette affluence hors norme a aussi ses inconvénients.

Après deux années très difficiles, marquées par de nombreux problèmes de fiabilité, l'opérateur Smovengo est parvenu à déployer la flotte de 19 500 vélos prévus au contrat juste avant l'été. Ce parc est aujourd'hui ultra-sollicité et les rares vélos encore disponibles en stations sont souvent en mauvais état, voire inutilisables.

Le phénomène touche en particulier les modèles à assistance électrique. Et pour cause, s'ils représentent 40 % de la flotte, ils sont utilisés dans 57 % des courses effectuées. « Cet été, un Vélib' à assistance électrique a parcouru en moyenne 43 km, par jour contre 19 pour un Vélib' mécanique », indique le SAVM. Il n'est pas rare qu'un Vélib' électrique soit utilisé jusqu'à 20 fois par jour. Avec pour conséquence des batteries vides qui n'ont jamais le temps de se recharger.

«La vraie question est celle de la qualité de service offerte »

Les 1400 stations et le parc de 19 500 vélos devront-ils être revus à la hausse dans les prochains mois ? Il appartiendra aux élus locaux issus des urnes en juin dernier d'en décider.

La nouvelle assemblée du SAVM doit s'installer à la fin du mois. En toute logique, c'est un élu de la majorité parisienne qui devrait le présider. Interrogé sur l'avenir de Vélib, l'adjoint aux transport de la Ville de Paris, David Belliard (EELV), reste prudent : « Cet engouement pour le vélo et pour Vélib est évidemment une bonne chose. Mais au-delà des chiffres, la vraie question est celle de la qualité de service offerte. Avant toute chose, il faudra dresser un état des lieux précis du service actuel et faire en sorte de le renforcer, de l'améliorer et le pérenniser », conclut-il.

David Belliard veut faire de Paris « une ville cyclo-friendly »