Couvre-feu : vers un allègement du nombre de trains et métros dès 19 heures en Ile-de-France ?

Bien qu’en légère hausse vers 17 heures, la fréquentation des transports franciliens reste très loin de la normale. Ile-de-France Mobilités envisage donc d’alléger le service après 19 heures, au lieu de 21 heures.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Gare du Nord, le 18 janvier 2021. Malgré le couvre-feu avancé à 18 heures, l’affluence reste loin de la normale dans le métro et le RER.
Gare du Nord, le 18 janvier 2021. Malgré le couvre-feu avancé à 18 heures, l’affluence reste loin de la normale dans le métro et le RER. LP/Sébastian Compagnon

Nul besoin de renfort. Malgré l'instauration du couvre-feu à 18 heures, le 16 janvier, les transports franciliens sont loin d'être « engorgés » en fin d'après-midi. Après l'annonce de la mesure par le gouvernement, Valérie Pécresse, la présidente d'Ile-de-France Mobilités (IDFM) avait promis un renforcement de l'offre de métro et RER « dès 15h30 » pour faire face à un éventuel afflux de voyageurs plus tôt dans l'après-midi.

Or ces craintes ne se sont pas réalisées. Selon un document présenté par IDFM aux associations de voyageurs la semaine dernière, les Franciliens ont légèrement modifié leurs habitudes mais pas suffisamment pour constater des trains trop chargés. « Sur la base des chiffres de fréquentation du début de semaine (dernière), il n'y a pas plus de trafic avant 16h30, observe-t-on chez Ile-de-France Mobilités. Il y a un léger décalage de l'hyper pointe du soir qui se produit maintenant vers 17h15/17h30 au lieu de 18h15 en temps normal, avant le Covid ».

Seulement 20 % des usagers habituels après 19 heures

Enfin, de nombreux usagers sont munis d'attestation leur permettant de circuler au-delà de 18 heures. Du coup, les trajets vers le domicile sont lissés jusqu'aux environs de 19 heures. « Nous constatons une augmentation de fréquentation d'environ 15 % sur la tranche horaire 16h30-18h (période où l'offre est au maximum), et une baisse du trafic plus importante après 19 heures », complète IDFM.

Malgré ce petit rebond, le nombre de passagers aux heures de pointe du soir (16 h 30 - 19 heures) ne dépasse pas 54 % de ce qu'il était en 2019, avant la crise du Covid-19. A 18 heures, le trafic voyageur tombe à un tiers. Passé 19 heures, seuls 20 % des usagers habituels utilisent les transports.

Plutôt que d'augmenter le nombre de trains, Ile-de-France Mobilités songe à réduire la voilure le soir, en concertation avec les associations d'usagers. « Nous sommes en train d'échanger avec les associations de voyageurs et les administrateurs d'Ile-de-France pour faire des propositions d'évolution de l'offre, pour s'adapter aux fortes baisses de fréquentation constatées tout au long de la journée depuis plusieurs mois, et sans doute aussi dès 19 heures -19 h 30 au lieu de 21 heures comme c'est le cas aujourd'hui, en faisant peut-être des cas particuliers sur les lignes qui restent chargées ou fragiles ».

Fermer des lignes le soir pour accélérer les chantiers ?

Les lignes 1, 4 ou 13 conserveraient leur cadence « normale ». Mais sur le reste du réseau, la possibilité de basculer en « horaires de vacances scolaires » en journée est à l'étude. Cela voudrait dire passer l'offre de métro à 85 % (soit 25 secondes de plus entre chaque métro) et à 80 % des trains Transilien.

Autre hypothèse : profiter de la très faible affluence le soir pour étendre les plages horaires de travaux sur certaines lignes. Les lignes 6, 11, le RER B sud, le RER E ou encore la ligne P pourraient fermer un peu plus tôt (22 h 30), ce qui permettrait d'accélérer la réalisation de certains chantiers. Cette perspective inquiète l'association « Plus de Trains » qui demande des précisions de la part de la RATP et la SNCF.

Newsletter L'essentiel du matin
Un tour de l'actualité pour commencer la journée
Toutes les newsletters

Pour l'instant, rien n'est définitivement tranché. « Avec la perspective d'un troisième confinement, il est urgent d'attendre » avant de modifier en profondeur l'offre de transports, analyse-t-on chez Ile-de-France Mobilités.