Couvre-feu en Ile-de-France : l’offre de transports maintenue entre 21 heures et 6 heures

Métro, bus et RER seront maintenus, a déclaré Valérie Pécresse, la présidente d’Ile-de-France Mobilités (IDFM). Mais l’offre pourrait évoluer par la suite «en fonction de la fréquentation ».

 Dans son entretien de mercredi soir, le président Emmanuel Macron a déclaré qu’il n’y aurait « pas de restrictions » dans les transports en commun pendant le couvre-feu.
Dans son entretien de mercredi soir, le président Emmanuel Macron a déclaré qu’il n’y aurait « pas de restrictions » dans les transports en commun pendant le couvre-feu. IP3 PRESS/MAXPPP

La question agite déjà des millions de Franciliens. Dès samedi, de 21 heures à 6 heures du matin, il faudra être muni d'une autorisation pour justifier ses déplacements.

Cinq motifs possibles ont été listés par le Premier ministre Jean Castex, ce jeudi après midi, lors d'une conférence de presse : raison de santé, raison professionnelle, aider un proche en situation de dépendance, devoir prendre un moyen transport comme un train ou avion, et sortir son animal de compagnie.

Mais quels moyens de transports seront présents pour ceux et celles autorisés à se déplacer aux heures du couvre-feu décidé pour lutter contre l'épidémie de Covid-19?

La même fréquence... pour le moment

Dans son entretien de mercredi soir, le président Emmanuel Macron a déclaré qu'il n'y aurait « pas de restrictions » dans les transports en commun. Interrogée ce jeudi matin sur RTL, Valérie Pécresse, la présidente d'Ile-de-France Mobilités, s'est exprimée sur le sujet. « Nous allons évidemment maintenir tous les transports ouverts parce que malgré le couvre-feu il y aura beaucoup de Français qui vont se rendre au travail, des gens qui travaillent la nuit, en horaires décalés ne serait-ce que les personnels soignants », a-t-elle expliqué.

Faut-il s'attendre une fréquence réduite, comme c'était le cas lors du confinement, où seuls 30 % des RER et des métros continuaient de circuler ? « Bien sûr, nous maintiendrons les transports ouverts et après nous apprécierons en fonction de la fréquentation, de la jauge, et des impératifs du couvre-feu comment nous adaptons le service », a poursuivi Valérie Pécresse. Va-t-elle attendre avant de « réduire la voilure » ou de fermer des stations ? « Absolument, a-t-elle répondu. Ce sera aussi en fonction de la réussite de ce couvre-feu parce qu'il va falloir le faire respecter et ce sera pas forcément facile ».

La SNCF et RATP appliqueront les éventuels changements d'offre décidés par IDFM en concertation avec la préfecture. L'association d'usagers Plus de Trains espère que la fréquence sera à 100 % dès avant 6 heures. « Beaucoup d'usagers ont besoin de prendre le premier métro ou le premier RER (le matin). Il est important d'assurer une offre à 100 % dès 5 heures dans les RER-Transilien et dès 5h30 dans le métro. Ceci pour éviter des premiers trains trop chargés, comme pendant le confinement du printemps (RER B et ligne 13…) »

Le soir, certains redoutent une fréquentation accrue des transports entre 20 heures et 21 heures. Bien que le trafic voyageurs actuel plafonne à 70 % de la normale, « il y a un risque de métros et RER assez pleins », s'inquiète Plus de Trains. Pour éviter les effets de foule, Valérie Pécresse a réitéré ce mercredi son appel aux Franciliens à opter pour le télétravail et à décaler leur horaires afin de «lisser les heures de pointes ».

Vélib, trottinettes, voitures électriques : des services opérationnels mais réservés aux déplacements autorisés

En dehors des transports en commun, tout un panel de services de mobilité existe dans le Grand Paris.

Vélib, le réseau de vélos partagés, prévoit de maintenir ouvertes ses 1400 stations situées dans une soixantaine de communes du Grand Paris. « Le service sera maintenu, annonce Stéphane Volant, le président de Smovengo, l'opérateur de Vélib. Nous sommes en train de discuter avec la préfecture de police de Paris pour autoriser nos équipes de maintenance à circuler la nuit, et faire en sorte qu'un maximum de vélos soit disponible le matin ».

Même stratégie chez les opérateurs de trottinettes électriques (Lime, Dott et TIER). « Le service Dott sera présent après 21 heures, à Paris et Lyon, confirme Mathieu Faure, responsable de la communication. Aujourd'hui, 33 % de nos utilisateurs font des trajets domicile-travail, des trajets qui restent autorisés. Nous maintenons donc notre service 24h/24h pour faciliter ces déplacements autorisés ». Chez Lime, qui propose aussi les vélos électriques JUMP, « le service reste pour l'instant disponible afin de permettre une continuité de service pour des déplacements indispensables, par exemple ceux des employés de nuit.

Du côté des voitures électriques en libre-service (Share Now, Free2Move et Zity), la flotte -très utilisée depuis le déconfinement- sera aussi accessible aux clients dûment munis de leur autorisation. « Un message sera envoyé aux clients qui souhaitent réserver après 21 heures, leur rappelant l'obligation d'être explicitement autorisés à se déplacer », explique une porte-parole chez Zity.

VTC et taxis sont libres de transporter des clients munis de leur attestation

Chez Uber, le service de VTC sera réservé aux déplacements « essentiels » dans les zones soumises à un couvre-feu. « Nous encourageons nos utilisateurs à limiter leurs déplacements à partir de 21 heures dans les métropoles où le couvre-feu va être mis en place, indique Uber France. Un message apparaîtra directement depuis l'application pour rappeler que les déplacements non essentiels sont interdits. Nous voulons ainsi contribuer à aplanir la courbe de propagation et soutenir les mesures gouvernementales ».