Bouygues décroche le chantier géant de la Gare du Nord

La modernisation de la gare internationale représente près d’un milliard d’euros et 450 emplois directs. Une partie doit être achevée pour les JO de 2024. Mais des zones d’ombre persistent sur les aménagements extérieurs.

 Esquisse de la Gare du Nord à l’horizon 2024, incluant les modifications apportées suite à un accord avec la Ville de Paris, et la suppression d’un étage et demi sur le nouveau bâtiment (à gauche).
Esquisse de la Gare du Nord à l’horizon 2024, incluant les modifications apportées suite à un accord avec la Ville de Paris, et la suppression d’un étage et demi sur le nouveau bâtiment (à gauche). Valode et Pistre/StatioNord

Et le vainqueur est… Bouygues. Le groupe français de travaux publics a été retenu pour mener l'immense chantier de modernisation de la Gare du Nord.

Porté par StatioNord, un consortium formé par SNCF Gare & Connexions et Ceetrus (filiale d'Auchan), le projet Gare du Nord 2024 est entré dans sa phase de réalisation. « Au terme d'un appel d'offres, nous avons retenu Bouygues Bâtiment Ile-de-France comme attributaire pressenti des travaux de rénovation qui représentent 600 millions sur les 900 millions du projet au total pour StatioNord, en y incluant l'aménagement des abords de la gare, les frais financiers, les taxes etc », déclare Aude Landy-Berkowtiz, la présidente du directoire de StatioNord.

Le chantier générera à lui seul environ « 450 emplois pendant 4 ans », estime le consortium. Les opérations doivent durer jusqu'en 2024, au moins (lire le calendrier ci-dessous). « La seule partie qui est décalée à 2025 est l'aménagement des espaces commerciaux situés dans les étages supérieurs de la gare, annonce Aude Landy-Berkowtiz dans Les Echos. Nous livrerons le terminal Transmanche (l'Eurostar) à temps pour la Coupe du monde de rugby de 2023 et tous les ouvrages ferroviaires seront opérationnels pour les Jeux Olympiques de 2024. »

Plus de 700 000 personnes transitent chaque jour dans la gare internationale aujourd'hui « et 900 000 sont prévus en 2030 », estime Aude Landy-Berkowitz. StatioNord, exploitant des espaces commerciaux jusqu'en 2065, table sur « 1800 emplois directs permanents pour les diverses activités de la gare, hors SNCF ».

Un « flou persistant » sur les aménagements extérieurs

Après un accord signé en 2020 avec la Ville de Paris pour modifier — légèrement — les contours du projet, les travaux ont repris et vont s'intensifier dès la fin du printemps. La nouvelle mouture du projet – critiqué pour sa trop grande densité commerciale au détriment de la circulation des voyageurs — prévoit la suppression d'un étage et de demi, de 7500 mètres carrés de locaux, l'augmentation du nombre d'escalators et l'agrandissement du parking à vélos.

Certains aménagements restent encore à confirmer. En particulier l'accès via une passerelle piéton et cyclable au nord de la gare, sur le boulevard de la Chapelle (Paris, Xe). « D'un coût estimé de 60 à 80 millions, elle relève directement de Gares & Connexions et non de l'enveloppe de 900 millions de StatioNord », selon Les Echos. Présent à une réunion publique sur le chantier le 21 janvier, Michel Babut, vice-président de l'association des usagers de transports (AUT-IDF), s'étonne du « flou persistant sur les aménagements extérieurs de la gare. La Ville de Paris n'a encore présenté aucun plan. Il n'y a aucun engagement sur la réalisation de cette passerelle ». Michel Babut s'inquiète aussi de la suppression possible de certains trains (TER notamment) pendant le chantier, sans obtenir de réponses claires à ce sujet de la part de la SNCF.

Des travaux dès maintenant dans la gare routière

Dans l'immédiat, c'est la gare routière qui sera chamboulée, dès ce mois de février. Le nouveau hall des départs sera en effet la prolongation de la gare des bus RATP située le long de la rue du Faubourg-Saint-Denis. La surface de cette gare routière sera réduite de moitié à partir de février-mars, ce qui impose une réorganisation de certaines lignes. La 91, notamment, devrait avoir son terminus sorti de la gare pour être déplacé du côté du boulevard de Denain ou de la rue de Saint-Quentin.

Newsletter L'essentiel du matin
Un tour de l'actualité pour commencer la journée
Toutes les newsletters

Ensuite, les travaux se poursuivront avec la pose des fondations de ce nouveau bâtiment par des poteaux en béton coulés sur les quais. Les travaux commenceront au milieu du printemps par les voies 20 et 21, et se poursuivront jusqu'aux voies 30 à 36. Ce sont ces travaux qui causeront le plus de perturbations pour le fonctionnement des trains, puisqu'il faudra neutraliser des voies. Mais ils auront lieu essentiellement de nuit.

Le calendrier des travaux

Voici les étapes du chantier, annoncées par StatioNord ce lundi 1er février.

Fin de l’hiver : réduction de la gare routière pour aménagement de sa partie nord.

Printemps 2021 : démarrage des travaux principaux pour la réalisation du nouveau bâtiment (renforcement des fondations de la gare).

Deuxième semestre 2021 : démarrage des travaux d’extension du terminal transmanche.

Fin 2022 : fin des travaux en interface avec les voies ferrées (passerelles, extension de la dalle du rez-de-chaussée haut) et des circulations verticales entre les gares de surface et souterraine.

Premier semestre 2024 : mise en service des espaces voyageurs du nouveau hall des départs (avant les Jeux Olympiques de 2024).

De fin 2024 à début 2025 : aménagement intérieur des étages supérieurs.