Saint-Denis : les commerçants du marché se rebiffent

Des commerçants du marché du centre-ville ont lancé une pétition pour réclamer de démonter eux-mêmes les barnums prêtés par la mairie. Le service de montage et démontage, réalisé par une société privée, leur est actuellement facturé 70 € par mois.

 Saint-Denis, ce dimanche 31 janvier 2021. Des barnums beiges sont mis à disposition des marchands, mais certains préfèrent utiliser leurs propres parasols.
Saint-Denis, ce dimanche 31 janvier 2021. Des barnums beiges sont mis à disposition des marchands, mais certains préfèrent utiliser leurs propres parasols.  LP/H.H.

Des marchands de tissus, de valises, de boutons, de coussins et de vêtements en tous genres… Ce dimanche matin, de nombreux chalands cheminent entre les étals du marché du centre-ville de Saint-Denis à la recherche de bonnes affaires. Bienvenue sur le plus grand marché d'Ile-de-France. Ici, quelque 300 commerçants de bouche et non alimentaires accueillent chaque semaine 120 000 personnes. Ce marché, un des rares de la région à être géré en régie publique, se tient tous les mardis, vendredis et dimanches à deux pas de la basilique.

En 2016, l'ancienne majorité communiste avait décidé de mettre à disposition des marchands des barnums beiges qu'une société privée était chargée de monter et démonter avant et après chaque marché. « Cela devait notamment permettre de lutter contre l'absentéisme des commerçants en cas de pluie, car ces barnums résistent mieux aux intempéries qu'un simple parasol », décrit Bertrand Revol, nouveau maire adjoint aux commerces.

Le choix des barnums pour plus de sécurité

Les barres des barnums étant également attachées à des embouts fixés au sol, ils permettaient de délimiter clairement les espaces dévolus aux marchands qui avaient tendance à s'étaler. « Cela a aussi sécurisé les déplacements dans le marché en évitant d'avoir des cordes de fixation de parasols un peu partout », remarque l'élu. « Les allées ont en effet été agrandies », confirme un habitant, qui regrette qu'elles soient encore trop étroites à certains endroits. Mais ces fameux barnums sont désormais au cœur d'une discorde qui oppose plusieurs commerçants à la nouvelle municipalité socialiste.

Une association de commerçants du marché — qui revendique une centaine d'adhérents — a lancé une pétition pour dénoncer le lancement d'un nouvel appel d'offres voté en conseil municipal jeudi, portant sur le montage et le démontage de ces barnums. Jusqu'alors, c'était la société Vitabri - celle qui les avait d'ailleurs construits - qui s'en chargeait. Mais le contrat liant l'entreprise à la ville doit prendre fin au printemps.

Un service facturé 70 € par mois

« Au départ, on nous a vendu du rêve avec ces barnums. La mairie affirmait à l'époque que ce serait gratuit, puis on s'est finalement retrouvé à payer 70 € par mois. Même pour les marchands situés à l'intérieur de la halle qui n'en ont pas besoin, souffle Mohamed Mekhloufi, un des membres du bureau de l'association. On ne comprend pas pourquoi la nouvelle majorité s'entête à vouloir nous faire payer, alors qu'on pourrait les ramener nous-mêmes au lieu où ils sont stockés. »

Les commerçants critiquent aussi l'efficacité des barnums. Sur le marché, de nombreux parasols de couleur sont en effet réapparus au fil des ans. « Ils protègent mieux de la pluie », estime ainsi un marchand réfractaire.

Le prix du linéaire parmi les moins chers d'Ile-de-France

« Les parasols permettent surtout aux commerçants d'agrandir plus facilement leur linéaire, car ils peuvent les placer où ils veulent vu qu'ils ne sont pas fixés au sol », ironise Bertrand Revol, qui souligne que l'ancienne municipalité avait bien indiqué que les barnums seraient payants aux marchands. « Il n'y a jamais eu de mensonge. L'erreur de l'ancienne majorité, c'est qu'elle fixait des règles, mais ne veillait pas à ce qu'elles soient appliquées sur le marché. C'est pour cela que les parasols sont réapparus. »

L'élu exclut l'idée défendue par les marchands d'enlever eux-mêmes les barnums. « Le lieu de stockage est trop loin. C'est tout simplement impossible », estime-t-il, tenant par ailleurs à préciser que le prix du linéaire au marché de Saint-Denis est réputé pour être le moins cher d'Ile-de-France.