Mobilisation contre la PMA à Versailles : «J’ai pensé au Covid mais c’est trop grave»

Six rassemblements ont été organisés par la Manif pour tous en Ile-de-France, contre la procréation médicale assistée «sans père» et la gestation pour autrui.

 Versailles ce samedi. Plusieurs centaines d’opposants à la PMA et GPA se sont rassemblées devant la préfecture.
Versailles ce samedi. Plusieurs centaines d’opposants à la PMA et GPA se sont rassemblées devant la préfecture. LP/Yves Fossey

Adultes, enfants, seniors… Il y avait foule ce samedi devant la préfecture de Versailles (Yvelines). Malgré le Covid, plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées pour s'élever contre la PMA (procréation médicale assistée) « sans père » et la GPA (gestation pour autrui), répondant à l'appel de la Manif pour tous.

Dans la foule, Marie, une retraitée, a tenu à manifester malgré les risques sanitaires. « J'ai pensé au Covid mais les gestes barrière sont respectés, tout le monde a un masque et du gel hydroalcoolique à disposition, détaille-t-elle. Le sujet est trop grave pour ne pas manifester. En plus on est en plein air et il y a du vent… » Les organisateurs ont « même élargi le périmètre afin de permettre aux gens de respecter la distanciation sociale », assurent-ils.

Versailles, ce samedi.LP/Y.F.
Versailles, ce samedi.LP/Y.F.  

Les opposants qui étaient déjà contre le Mariage pour tous n'en démordent pas. « La PMA et la GPA sont les conséquences du Mariage pour tous. Avec ce projet de loi, l'équilibre de l'enfant est en danger », estime Odile. Et si la PMA est autorisée en Belgique, aux Pays-Bas ou encore en Espagne, « ce n'est pas parce que c'est autorisé à l'étranger qu'il faut le faire en France », pointe Ludovine de la Ronchère, la présidente de la Manif pour tous.

Les opposants, masque sur le visage, sont en majorité venus en famille. On y retrouve aussi des membres d'Alliance Vita, qui milite principalement contre l'avortement et l'euthanasie.

«Des cathos conservateurs contre l'évolution de la société»

Face à la foule impressionnante, de nombreux badauds ont observé de loin la manifestation. « On est à Versailles, ce sont des cathos conservateurs qui sont contre l'évolution de la société », fait remarquer Quentin. Une jeune maman vient au secours des habitants de la cité royale : « Les Versaillais ne sont pas des intégristes, corrige-t-elle. Les gens ont le droit d'exprimer leurs craintes. »

Des rassemblements identiques pour demander le retrait du projet de loi ont également eu lieu à Paris, Saint-Maur-des-Fossés (Val-de-Marne), Melun (Seine-et-Marne), la Défense (Hauts-de-Seine) ou encore Compiègne (Oise) et Bondy (Seine-Saint-Denis).