Gonesse : mobilisation tous azimuts contre « l’urbanisation à outrance »

Entre 400 et 500 personnes se sont rassemblés à l’occasion de la 4e « Fête des Terres de Gonesse » pour s’opposer à plusieurs projets d’urbanisation, dont la gare de la Ligne 17 au cœur du Triangle de Gonesse.

 Gonesse, ce samedi. Entre 400 et 500 personnes se sont rassemblées pour la 4e Fête de la Terre.
Gonesse, ce samedi. Entre 400 et 500 personnes se sont rassemblées pour la 4e Fête de la Terre. LP/V.T.

Au milieu des champs asséchés, pile sous le couloir aérien de l'aéroport Roissy Charles-de-Gaulle, entre 400 et 500 personnes forment une chaîne humaine ce samedi après-midi, en forme de cercle. Au centre, une maquette, celle de la future gare de la Ligne 17 qui doit être construite au cœur du Triangle de Gonesse.

Bernard Loup, président du collectif « Pour le Triangle de Gonesse », s'empare d'une masse et frappe comme un sourd dans la réplique miniature. Avant d'inviter ses comparses à en faire de même « On va la détruire, pour symboliquement réaffirmer notre opposition à cette gare inutile, qui ne servirait en rien les intérêts des habitants locaux », lance-t-il.

Gonesse : mobilisation tous azimuts contre « l’urbanisation à outrance »

Pour l'abandon de la gare de la Ligne 17

Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées, toute la journée, à l'occasion de la « 4e Fête des Terres de Gonesse », au Triangle de Gonesse. Au programme, des tables rondes, débats, animations, prises de parole de politiques, dont le député d'Europe Ecologie les Verts Yannick Jadot en fin de journée. Avec, en toile de fond, la lutte pour l'abandon de la gare de la Ligne 17, après avoir eu la peau d'EuropaCity.

« Il faut à tout prix éviter l'urbanisation de ce site et préserver les terres agricoles, tonne Socrate, 57 ans, militant écologiste, clope au bec. La gare serait à plusieurs kilomètres des habitations, qui va en profiter ? Je vois mal un agriculteur venir en métro sur ses terres.

Cette édition marque, aussi, un virage vers une certaine « convergence des luttes ». L'association « Retrouvons le Nord de la Gare du Nord » - contre le projet de rénovation de la gare - et le collectif « Non au T4 » ont été conviés. « Nous nous rejoignons sur l'essentiel : empêcher l'urbanisation à outrance, où que ce soit, et lutter contre le réchauffement climatique », souligne Bernard Loup.

Gonesse : mobilisation tous azimuts contre « l’urbanisation à outrance »

« Il est le temps de changer le monde »

Coralie et Damien, parisiens de 32 et 34 ans, estiment « bénéfique » que les combats contre différents projets s'unissent. « En bout de chaîne, la raison est la même : avoir un monde plus écologique, plus respectueux de l'environnement », plaide Coralie.

« Entre un Terminal à Roissy qui ne fera qu'augmenter le trafic aérien, une gare transformée en galerie marchande ou un centre commercial géant, à chaque fois, on est dans le grand n'importe quoi et l'inutile. Concentrons-nous sur l'essentiel : la préservation de la planète », insiste Damien.

Marie, 22 ans, venue du sud des Hauts-de-Seine, pense qu'il est « temps de changer de monde. C'est fini les années 1970-1980 où on pouvait mettre du béton partout, construire des immeubles de 15 étages sans se soucier une seconde du climat, tance la jeune étudiante. Tout le monde doit intégrer les préoccupations de la nouvelle génération et changer sa manière de faire. »