Gentilly : on vous emmène au Lavoir numérique, un lieu pour les fondus d’image et de son

Ce nouvel équipement culturel, créé à la place d’anciens bains-douches, est consacré à l’image et au son numériques. Un endroit rare en Ile-de-France.

 Gentilly (Val-de-Marne), samedi 17 octobre. La première exposition du Lavoir numérique est consacrée à «La photographie après trente et un ans de Web».
Gentilly (Val-de-Marne), samedi 17 octobre. La première exposition du Lavoir numérique est consacrée à «La photographie après trente et un ans de Web». LP/Marine Legrand

Lorsqu'il a entendu parler de l'ouverture d'un nouvel équipement culturel dédié à l'image et au son numériques dans le Val-de-Marne, Fernando Barata n'a pas hésité à faire le déplacement depuis Paris. Cet artiste-peintre qui travaille avec un iPad depuis trois ans l'avoue : «Il est rare d'avoir ce type d'endroit dans la région.»

Le Lavoir numérique a ouvert ses portes vendredi à Gentilly. Il est installé dans les anciens bains-douches municipaux, qui ont fermé dans les années 1950 lorsque les Grands Ensembles furent construits et apportèrent le confort des salles de bain privatives. «C'est ici que les habitants lavaient leur corps et leur linge. Gentilly était l'une des villes les plus pauvres de la région à l'époque», rappelle Michaël Houlette, directeur du lieu et qui dirige également la Maison Doisneau à Gentilly consacrée à la photographie.

Le bâtiment fut laissé à l'abandon, squatté par des artistes dans les années 1970-1980 puis à nouveau abandonné. Mais la ville conserva le site, dont la façade est typique de l'architecture des années 1920 et qui raconte une partie de l'histoire sociale de Gentilly.

En projet depuis vingt ans

«L'idée de le sauvegarder et d'en faire un lieu dédié à l'image et au son était dans les tuyaux depuis vingt ans, explique Mickaël Houlette. Restait à mener les discussions, trouver les financements, concrétiser la réhabilitation (qui coûtera 7,6 millions d'euros)…» C'est finalement l'établissement public territorial Grand Orly Seine Bièvre qui sera à la manœuvre et financera le projet.

Le 16 octobre 2020, après toutes ces années d'attente, le Lavoir numérique a enfin ouvert ses portes : 1000 mètres carrés, un rez-de-chaussée où les expositions changent chaque trimestre, une salle de projection creusée dans un sous-sol à 8 mètres de profondeur, des ateliers et studios dans les deux étages supérieurs… Le tout orné par une façade en led du côté de la nouvelle entrée créée pour le public, rue de Freiberg.

Gentilly, le 17 octobre. La façade historique des anciens bains douches a été conservée. LP/Marine Legrand
Gentilly, le 17 octobre. La façade historique des anciens bains douches a été conservée. LP/Marine Legrand  

Pour son premier week-end d'ouverture, le public est resté encore un peu timide. Il peut y découvrir actuellement le travail de plusieurs artistes interrogeant «la photographie après trente et un ans de Web». Claire Béteille y questionne notre rapport au selfie avec une installation presque drôle où le touriste en vient à masquer le paysage qu'il est censé admirer ; Julia Amarger a conçu 132 autoportraits façon photomaton, intégrés à une tablette que le visiteur est invité à toucher pour sélectionner le défilement ; Pablo-Martin Cordoba propose une «vidéo algorithmique» puisant dans les milliards de visages disponibles sur la toile pour mettre en lumière le «Big Data» et les centres de données, etc.

Les jeunes et les seniors visés

Les projections de films et documentaires ainsi que les actions culturelles programmées sont l'un des atouts du lieu : la comédie «La Science des rêves» de Michel Gondry le 27 octobre à 14 heures, séance jeunesse dès 6 ans le 4 novembre à 10h30, le documentaire contre-journalistique sur la Syrie pré-Daesch «Eau argentée» le 24 novembre à 14 heures, le documentaire «Les nouveaux loups du web» le 8 décembre à 14 heures, concert le 12 décembre à 17 heures…

Gentilly, le 17 octobre. Une nouvelle entrée des ex-bains douches a été créée pour le public, rue de Freiberg. LP/Marine Legrand
Gentilly, le 17 octobre. Une nouvelle entrée des ex-bains douches a été créée pour le public, rue de Freiberg. LP/Marine Legrand  

Des émissions-débats animées par le journaliste et producteur de France Inter Alexandre Héraud sont aussi prévues en lien avec la thématique du trimestre. On regrettera seulement qu'il n'y ait pas beaucoup d'événements les week-ends pour toucher un public familial et plus large.

«Nous visons un public jeune, qui passe son temps sur TikTok et qui sait faire une boucle son sans avoir fait d'études, annonce Mickaël Houlette. Nous voulons aussi lui inculquer les bonnes pratiques du web, pour éviter les écueils, avoir ce regard critique sur la masse d'infos des réseaux sociaux… Nous visons aussi un public senior et celui touché par l'analphabétisme numérique.»

Des résidences d'artistes sont également prévues. «Nous avons 80 dossiers à étudier», se réjouit le directeur.

Le Lavoir numérique, 4, rue de Freiberg, à Gentilly. Ouvert du mercredi au vendredi de 13h30 à 18h30, jusqu'à 19 heures les samedis et dimanches. Entrée gratuite. Visites commentées le 8 novembre à 17 heures et le 8 décembre à 19 heures, sur réservation. Tél. : 01.55.01.04.86. www.lavoirnumerique.fr