Covid : la fête de Meaux interdite par le préfet, colère noire des forains

Samedi matin, alors que les forains ouvraient leurs manèges à Meaux, la préfecture de Seine-et-Marne a pris un arrêté interdisant la tenue des fêtes foraines dans le département. Une mesure prise pour un mois.

 Meaux (Seine-et-Marne), samedi 17 octobre 2020. La fête foraine de Meaux a été interdite au moment où elle devait commencer sur la place Henri-IV.
Meaux (Seine-et-Marne), samedi 17 octobre 2020. La fête foraine de Meaux a été interdite au moment où elle devait commencer sur la place Henri-IV.  LP/Alexandre Métivier

Le ciel s'est brusquement assombri au-dessus de la tête des forains. Leurs dix-sept manèges, qui s'apprêtaient à accueillir du public ce samedi à 10 heures pour l'ouverture de la fête foraine de Meaux (Seine-et-Marne) - censée se tenir jusqu'au au mercredi 4 novembre sur la place Henri-IV - se sont soudainement arrêtés. Et les bâches qui venaient d'être ôtées ont à nouveau recouvert les auto-tamponneuses. C'est la police municipale de Meaux qui est venue leur signaler l'interdiction de la fête foraine.

La mairie venait d'être destinataire, quelques minutes plus tôt, de l'arrêté pris par le préfet de Seine-et-Marne «en vue de ralentir la propagation du virus Covid-19 ». Dans le cadre de l'état d'urgence sanitaire qui vient d'être rétabli en France, et alors que la Seine-et-Marne est également concernée par la mesure de couvre-feu qui s'applique dès ce samedi soir dans toute l'Ile-de-France, Thierry Coudert indique ainsi qu'il peut notamment «limiter ou interdire les rassemblements sur la voie publique ainsi que les réunions de toute nature».

Plus loin, il est précisé que «le virus affecte particulièrement le département de Seine-et-Marne», avec notamment une hausse des patients hospitalisés pour Covid dans le département (de 148 au 6 octobre à 172 au 13). Et surtout une hausse de ceux placés en réanimation (47 au 13 octobre contre 37 le 6). Ils représentent désormais 38,2% des patients en réanimation.

«Injustice et discrimination»

Dans ce contexte, le préfet a donc pris la décision que «les fêtes foraines sont interdites». Cette mesure entre en vigueur immédiatement. «Les rassemblements de plus de six personnes sur la voie publique et dans les lieux ouverts au public, dont les parcs et jardins sont interdits», précise la préfecture en ajoutant que tous les «rassemblements et réunions à caractère festif ou familial sont interdits dans l'enceinte des établissements recevant du public».

Meaux, samedi 17 octobre 2020. La fête foraine devait se tenir jusqu’au 4 novembre. LP/Alexandre Métivier
Meaux, samedi 17 octobre 2020. La fête foraine devait se tenir jusqu’au 4 novembre. LP/Alexandre Métivier  

«C'est tombé aujourd'hui (samedi), on s'est installé jeudi, on a ouvert ce matin à 10 heures et au même moment, on nous a dit qu'il fallait fermer. Il y a un sentiment d'injustice, de discrimination envers notre profession, déplore Sébastien Vanhaescbroeck, le représentant local des forains. Nous avons été prévenus par la police municipale, le maire (LR) Jean-François Copé nous a ensuite reçus en mairie. C'est une directive de la préfecture, il ne peut rien faire.»

Mi-juin, ce sont ces mêmes familles de forains qui avaient organisé la première fête foraine en Ile-de-France depuis le déconfinement. Elle s'était tenue à Lizy-sur-Ourcq, avec un protocole sanitaire qui imposait aux visiteurs un sens de circulation entre les manèges.

Une manifestation prévue lundi

Ce samedi, la mairie de Meaux a également été surprise par l'annonce survenue vers 10 heures et se dit «désolée de cette nouvelle pour les forains que nous avons toujours soutenus. Mais il faut bien sûr se conformer à l'arrêté préfectoral».

Les forains ne vont pas quitter les lieux sur le champ car ils espèrent trouver une solution avec la mairie et la préfecture. LP/Alexandre Métivier
Les forains ne vont pas quitter les lieux sur le champ car ils espèrent trouver une solution avec la mairie et la préfecture. LP/Alexandre Métivier  

S'ils ont fermé manèges et stands de nourriture samedi matin comme demandé, les forains ne vont pas quitter les lieux sur le champ. «On va essayer de trouver une solution avec la mairie et la préfecture. On aurait aimé qu'il y ait un dialogue. Là, c'est tombé comme ça, d'un coup, on a été surpris, reprend Sébastien Vanhaescbroeck. On en a marre du gouvernement, on ne comprend pas leurs mesures, même avec le rebond épidémique. On a déjà beaucoup souffert pendant le confinement et là on n'a pas le droit d'exercer. Le moral en prend en coup, ça fait mal, c'est compliqué pour nous.»

Remontés, les forains ont prévu de manifester lundi devant la préfecture de Seine-et-Marne, à Melun.