À Boulogne, embarquez avec le skipper du Vendée Globe… depuis votre salon

Le navigateur Stéphane Le Diraison, parti le week-end dernier pour un tour du monde en solitaire, échangera chaque samedi avec les habitants grâce à la page Facebook de la ville.

 Boulogne-Billancourt, ce samedi après-midi. Les premiers échanges ont eu lieu ce samedi entre le maire (LR) de Boulogne, Pierre-Christophe Baguet,  et le skipper Stéphane Le Diraison qui a pris le départ le 8 novembre.
Boulogne-Billancourt, ce samedi après-midi. Les premiers échanges ont eu lieu ce samedi entre le maire (LR) de Boulogne, Pierre-Christophe Baguet, et le skipper Stéphane Le Diraison qui a pris le départ le 8 novembre. LP/Anne-Sophie Damecour

En tee-shirt, Stéphane Le Diraison apparaît à l'écran à 16 heures tapantes. La liaison est bonne et le soleil brille à l'ouest de Madère, dans l'océan atlantique nord. C'est là que se trouve ce samedi après-midi le skipper boulonnais qui a pris dimanche dernier le départ de la 9e édition du Vendée Globe, ce tour du monde en solitaire sans assistance et sans escale.

Mais pas sans lien avec la terre ferme puisque chaque samedi, le navigateur de 44 ans sera en direct sur la page Facebook de la ville de Boulogne-Billancourt pour raconter son périple. Il y a un an, alors qu'il participait à la transat Jacques-Vabre, Stéphane Le Diraison avait déjà joué le jeu de la connexion en pleine mer. Mais à l'époque, les habitants pouvaient se rendre à l'amphithéâtre de l'espace Landowski pour échanger avec lui.

Des classes de la ville vont échanger avec lui

Confinement oblige, le dispositif a été modifié et les amateurs de voile ont pu suivre à domicile la discussion animée par le maire de Boulogne Pierre-Christophe Baguet (LR) et Denis Horeau, ancien directeur du Vendée Globe. Le PC course et un studio pour la captation des échanges a été installé salle des Fougères qui pourra également accueillir des classes de la ville pour d'autres échanges en semaine.

Reste que le décalage entre le navigateur aux prises avec les vents contraires et les spectateurs enfermés à la maison, donne une saveur particulière à l'opération de communication. La ville, ainsi que Suez et Bouygues construction et le département des Hauts-de-Seine sponsorisent le voilier Time for Ocean du navigateur qui porte le « dossard » 92. Pour la bonne cause puisque le skipper multiplie les opérations en faveur de la défense des océans.

« Je l'ai trouvé d'une sérénité incroyable »

De quoi vivre un peu d'aventure par procuration et de s'occuper en famille avant le goûter ! Les enfants ont d'ailleurs plein de questions à poser, écrites par leurs parents dans les commentaires de la vidéo. Comme Lenny, 12 ans qui s'inquiète de la tempête tropicale traversée par le navigateur, Moïra, 8 ans, qui lui demande s'il arrive à dormir ou encore Valentine, 6 ans, qui veut savoir s'il a vu des animaux depuis son départ des Sables d'Olonne.

Mais visiblement Stéphane Le Diraison a déjà été trop bavard cette fois pour répondre. « C'était la première, on va se roder pour qu'il puisse y avoir davantage d'échanges », expliquait Pierre-Christophe Baguet à l'issue de la connexion qui aura duré une vingtaine de minutes. « Je l'ai trouvé d'une sérénité incroyable compte tenu de tous les problèmes qu'il a eu depuis son départ », poursuit l'édile.

Il avait dû abandonner en 2016

Car son début de course a été marqué par de nombreuses péripéties comme une fuite de gazole qui l'a bien occupé et qui a laissé une désagréable odeur dans le monocoque de 18 mètres. Il a également dû écoper 100 litres d'eau !

Mais le skipper semble trouver son rythme après six jours de navigation. « Les autres bateaux sont très offensifs », explique-t-il avant d'ajouter : « Je suis un peu étonné qu'ils naviguent comme s'il s'agissait d'une transat (NDLR : une traversée) alors que nous sommes partis pour un tour du monde ».

Stéphane Le Diraison préfère jouer la carte de la prudence pour boucler les 40 000 km de la course, lui qui avait dû abandonner en 2016, quasiment à mi-parcours, en raison d'un démâtage au large de l'Australie.