Tout sauf une révolution, l’appli Tous Anti-Covid sera une StopCovid retouchée

Disponible dès le 22 octobre, l’outil de traçage numérique conservera la même technologie mais sera plus interactif dans l’espoir d’être massivement adopté.

 La prochaine mise à jour de StopCovid enterrera ce nom au profit de Tous Anti-Covid (Photo d’illustration).
La prochaine mise à jour de StopCovid enterrera ce nom au profit de Tous Anti-Covid (Photo d’illustration). AFP/Martin Bureau

Elle aurait pu s'appeler StopCovid 2.0, car elle fonctionnera sur la même technologie décentralisée et est en cours de conception par la même équipe technique (à l'exception de CapGemini) que la première mouture sortie en juin dernier.

Un temps envisagé, le nom Alerte Covid a été abandonné pour éviter toute confusion avec l'application canadienne de traçage éponyme.

Officialisée mercredi soir par Emmanuel Macron lors de son interview, l'application Tous Anti-Covid (TAC) sera présentée par le ministre de la Santé Olivier Véran jeudi prochain.

Pas de révolution en vue ou de nouvelle application ex nihilo, TAC s'oriente vers une mise à jour qui enterre pour de bon le nom StopCovid, synonyme d'échec avec 518 notifications à ce jour.

Un bulletin d'informations locales

Les mises à jour des applis iOS et Android seront disponibles le 22 octobre sur les magasins d'application App Store et PlayStore avec une nouvelle interface. Cette version retouchée sera suivie par l'ajout progressif de fonctionnalités par les développeurs de la start-up Lunabee Studio.

Peu de détails ont filtré sur sa forme finale ou les ajouts prévus pour la rendre plus interactive et ainsi inciter les Français à l'activer.

Elle ne comportera pas pour autant de volet ludique ou de quiz pour mieux connaître le virus. Sa fonction principale reste la même : tracer les contacts proches des malades avérés qui se sont signalés en scannant le code QR fourni par les laboratoires d'examens.

Le président de la République a lancé d'autres pistes de plus-value pour les citoyens : « Il y aura des informations : comment circule le virus, où vous êtes, où sont les points pour se faire tester […]. Donc il y aura des informations générales, des informations plus particulières et locales ». Une idée piochée dans l'application belge Coronalert.

Une activation manuelle

Contrairement aux applications commerciales qui utilisent la géolocalisation du smartphone, Tous Anti-Covid devrait demander à l'utilisateur de taper au minimum un code postal.

L'idée d'une activation en permanence et en arrière-plan, l'un des obstacles identifiés, serait aussi remisée au placard afin de moins solliciter la batterie du smartphone.

Comme le masque ou le gel hydroalcoolique, l'application deviendrait un geste barrière à déclencher en mode manuel lorsque l'utilisateur sort du cercle familial et se rend dans un lieu à risque avec une proximité immédiate comme un dîner entre amis ou un verre entre collègues.

Elle viendra ainsi compléter, avant de potentiellement les remplacer, les cahiers de rappel des restaurants.

VIDÉO. Restaurants et Covid-19 : « Ça ne me dérange pas de laisser mon mail »

Sa nouvelle mission : atteindre des niveaux de téléchargements et surtout d'utilisation plus proches des standards de nos voisins allemands (16 millions de téléchargements) ou britanniques (18 millions). Et prouver enfin son efficacité pour casser les chaînes de contamination.