Villeneuve-la-Garenne : saleté, parkings squattés, eau chaude en panne... le désarroi des locataires de La Rotonde

La coupure de l’eau chaude, ces trois derniers jours, a fini d’agacer les locataires de «La Rotonde» qui se plaignent de pannes récurrentes de toutes sortes. 3 F investit pourtant pour rénover cette grande résidence difficile à entretenir.

 Villeneuve-la-Garenne. Rue Gaston-Appert, cet immeuble de 390 logements concentre à lui seul de nombreuses pannes (eau chaude, chauffage, ascenseurs…).
Villeneuve-la-Garenne. Rue Gaston-Appert, cet immeuble de 390 logements concentre à lui seul de nombreuses pannes (eau chaude, chauffage, ascenseurs…). LP/O.B.

À la simple évocation des ascenseurs, c'est un cri de désespoir que lâchent ces locataires de la rue Gaston-Appert, à Villeneuve-la-Garenne. « La porte se ferme et s'ouvre sans arrêt, puis il descend quand il en a envie », peste une locataire du hall 1 de « La Rotonde », surnom donné à ce bâtiment, en référence à sa forme circulaire. « Je n'ose même plus descendre avec ma mère, qui est en fauteuil roulant, de peur que l'ascenseur reste bloqué. »

Mais ce week-end, la principale préoccupation des résidents était l'eau chaude. Coupée depuis vendredi, alors que les températures chutaient, elle était en train d'être rétablie ce lundi. Un incident récurrent selon plusieurs témoignages, dans cet ensemble de 390 habitants, construit à la fin des années 1960, qui multiplient les problèmes.

« Cela fait quatre années qu'à la même période, il n'y a plus d'eau chaude, s'insurge Laurence, qui habite depuis dix ans la résidence. Toujours cette fameuse pièce qui manque ! » Le plus insupportable pour elle, c'est de n'arriver à joindre personne. « J'ai eu quelqu'un au bout de deux jours, souffle-t-elle. Nous n'arrivons à avoir aucun responsable, tout le monde se renvoie la balle. Comme d'habitude. »

« Chaque hiver, c'est la même galère »

« L'an dernier, nous avons eu le chauffage fin novembre au lieu de mi-octobre et bien sûr, chaque hiver, c'est la même galère », s'écrie Hajer. Les portes d'entrées des halls sont aussi la cible de critiques. « La mienne est à peine fermée un mois sur douze », souffle Sarah, qui habite le hall 10.

La propreté des lieux est aussi au cœur des conversations. « Nous sommes obligés de faire le ménage nous-mêmes, sans parler des blocs poubelles qui débordent et amènent rats et cafards », dénonce Laurence. Et les locataires d'évoquer encore le parking « squatté et sale », des volets en PVC qui se détachent, ou encore un service de dépannage payant qui répondrait aux abonnés absents.

Villeneuve-la-Garenne. Le bailleur social 3 F déplore de nombreux problèmes d’incivilités. LP/O.B.
Villeneuve-la-Garenne. Le bailleur social 3 F déplore de nombreux problèmes d’incivilités. LP/O.B.  

Des problèmes malheureusement classiques dans ce type d'immeuble ancien mais qui ici semblent réunis en un seul lieu. Laetitia Caille, directrice départementale du bailleur social 3 F dans les Hauts-de-Seine, qui gère la bâtisse, assure néanmoins que ses équipes font de leur mieux.

« Bien sûr que nous compatissons face à ces difficultés mais sur un immeuble de cette importance, il y a forcément plus de chances d'avoir des difficultés », avance-t-elle, assurant qu'il y a certains points que le bailleur ne peut maîtriser. « Comme les portes de hall cassées, qui sont des faits de délinquance répétés, difficiles à contrer, même si on agit. Dans le parking, nous avons ainsi installé une vidéosurveillance. »

3 F investit 1,7 million d'euros en rénovation

La directrice se dit néanmoins surprise sur certains points, comme sur le fait que des locataires assurent faire le ménage de parties communes, eux-mêmes. « Je suis consciente que c'est une situation détestable, nous avons pourtant des équipes qui passent régulièrement. »

L'agence fait cependant en partie amende honorable. « Il y a eu des mécontentements car la première phase de travaux des ascenseurs a duré quatre mois au lieu de deux. Il faut reconnaître que nous avions été trop optimistes, note-t-elle en exemple. Mais ce sont tout de même 1,7 million d'euros investis pour rénover en deux fois, ascenseurs et peintures des parties communes. On ne peut pas dire qu'il n'y a pas d'investissements. »

Les seize cabines d'ascenseur doivent ainsi être rénovées. Une partie l'a déjà été. Les autres le seront dans le courant de l'année prochaine.

Sur la communication, l'agence assure enfin faire ce qu'elle peut. « Nous avons fait trois visites sur site depuis décembre, nous avons des gardiens sur place, nous faisons en sorte de rester à l'écoute. Mais personne n'est parfait et nous essayerons de faire mieux. »