Rueil-Malmaison : gros incendie sur le toit du magasin Botanic

Le sinistre a laissé craindre le pire pour les animaux de cette jardinerie animalerie.

 Rueil-Malmaison, le 19 septembre. L’incendie a mobilisé une centaine de sapeurs-pompiers.
Rueil-Malmaison, le 19 septembre. L’incendie a mobilisé une centaine de sapeurs-pompiers. BSPP/K.Ply

Une très épaisse fumée dense, des risques pour les occupants d'un hôtel et les animaux de Botanic. Mais finalement, pas de victime. L'incendie s'est déclaré samedi à la mi-journée à Rueil-Malmaison, sur une terrasse située au-dessus de la jardinerie de l'enseigne Botanic, au 66, avenue de Colmar.

Le feu a ravagé un réfectoire de 100 m² et des chambres de l'hôtel Okko, voisin du magasin, dont des vitres ont éclaté sous l'effet de la chaleur. Une centaine de sapeurs-pompiers est intervenue pendant deux heures pour venir à bout de cet incendie important, éteint au moyen de quatre lances.

Une centaine de pompiers mobilisés

L'hôtel a été évacué pendant l'intervention des secours. Et par chance il n'y avait pas de client dans le magasin Botanic, au-dessus duquel les flammes et une grosse colonne de fumée noire s'échappaient. Le maire de la ville, Patrick Ollier (LR), s'est rendu directement sur les lieux auprès des équipes d'intervention. Mais également des bénévoles de l'association pour la défense des droits des animaux de Stéphane Lamart, inquiets pour les oiseaux et petits rongeurs du rayon animalerie du magasin Botanic.

« Nos bénévoles ont proposé d'héberger des animaux », a indiqué au Parisien Stéphane Lamart, ajoutant qu'ils pouvaient avoir été stressés non seulement par la chaleur ou la fumée, mais aussi par le vacarme et les sirènes des camions de pompiers. Ces derniers étaient accompagnés d'une équipe vétérinaire spécialisée des sapeurs-pompiers de Paris, qui a examiné les animaux du magasin. Sans constater de drame. « Malheureusement, ils peuvent mourir dans les prochains jours, victimes de stress », assure Stéphane Lamart, qui rappelle l'opposition de son association à la vente en animalerie, « parce que personne ne garde le magasin les jours de fermeture ».

L'origine du sinistre n'est pas encore déterminée, mais le feu aurait pris dans la végétation située sur le toit du bâtiment.

/BSPP/K.Ply
/BSPP/K.Ply