«On va pouvoir avancer» : dans les Hauts-de-Seine, les villes connaissent leurs dotations de vaccins jusqu’au 22 mars

Les maires des treize villes ayant ouvert des centres de vaccination ambulatoire ont reçu leur planning de livraisons de premières et deuxièmes doses pour les six prochaines semaines.

 Clichy, le 18 janvier 2021. Dans les Hauts-de-Seine, treize villes ont ouvert des centres de vaccination grand public, pour le moment à destination des habitants de plus de 75 ans.
Clichy, le 18 janvier 2021. Dans les Hauts-de-Seine, treize villes ont ouvert des centres de vaccination grand public, pour le moment à destination des habitants de plus de 75 ans.  LP/A.-S.D.

Enfin une bonne nouvelle sur le front de la vaccination grand public qui a débuté le 18 janvier pour les personnes de plus de 75 ans. Dans les Hauts-de-Seine, le préfet vient de notifier aux maires des treize villes ayant ouvert des centres de vaccination ambulatoire leurs dotations pour les six prochaines semaines, à savoir jusqu'au 22 mars.

Les élus demandaient depuis un mois ces éléments, alors que, jusqu'à présent, les dotations leur étaient signifiées le jeudi ou le vendredi pour la semaine suivante, les obligeant à revoir leur planning au dernier moment et à reporter certains rendez-vous.

Pour répondre à cette préoccupation des élus, la préfecture a donc mis la pression à l'agence régionale de santé (ARS) qui gère la campagne de vaccination avec une très forte problématique liée à la livraison des doses par les laboratoires, à commencer par Pfizer-BioNtech.

«Ce manque de visibilité nous mettait dans une situation très compliquée»

« C'est un soulagement, on va pouvoir s'organiser et donner des réponses précises aux habitants », explique Jeanne Bécart, maire (LR) de Garches. « Si j'étais si en colère ces dernières semaines ce n'était pas dans une logique politique car on ne peut rien faire sur la disponibilité des vaccins, poursuit-elle. Mais ce manque de visibilité nous mettait dans une situation très compliquée en termes d'organisation ».

A Garches, où 7 000 personnes sont inscrites sur liste d'attente, seulement trois des six box de vaccination fonctionnent depuis le 18 janvier. A partir de lundi, le centre municipal va donc augmenter la cadence avec des premières et des secondes injections simultanément.

La dotation des deuxièmes doses réalisées 28 jours après la première dépend évidemment des vaccinations effectuées depuis l'ouverture du centre. Quant aux premières injections, la dotation varie de 96 à 234 doses selon les semaines pour Garches et Clichy par exemple.

«Je reste prudent dans la prise de rendez-vous»

Un chiffre moins important que depuis le démarrage puisque 420 vaccinations hebdomadaires ont été réalisées en moyenne dans chaque centre depuis mi-janvier. « Au moins on nous donne des chiffres avec le détail des premières et deuxièmes injections, on va pouvoir avancer », estime Jacques Kossowski, maire (LR) de Courbevoie.

« Je reste prudent dans la prise de rendez-vous, je préfère ne pas prendre de risque », souligne pour sa part Jean-Didier Berger, maire (Libres !) de Clamart, échaudé par les premières semaines de la campagne de vaccination, même s'il réclamait lui aussi cette meilleure visibilité des dotations.

Newsletter L'essentiel du 92
Un tour de l'actualité des Hauts-de-Seine et de l'IDF
Toutes les newsletters

« J'attends également de voir s'il y a réellement rééquilibrage entre les centres puisque certaines villes ont obtenu beaucoup plus de doses que d'autres », poursuit-il, alors que cette semaine, la dotation oscillait effectivement de 78 à 540 doses selon les communes.