Nanterre : prenez la température de votre quartier

Matériaux, constructions, végétation ou mobilier urbain, vous découvrirez leur influence sur la sensation de chaleur et sur la température réelle lors d’une balade dans votre quartier ce samedi.

 Nanterre, vendredi 18 septembre 2020. Des promenades sont organisées par la mairie de Nanterre pour découvrir les îlots de chaleur et de fraîcheur des quartiers de la ville dans le cadre d’un bilan thermique.
Nanterre, vendredi 18 septembre 2020. Des promenades sont organisées par la mairie de Nanterre pour découvrir les îlots de chaleur et de fraîcheur des quartiers de la ville dans le cadre d’un bilan thermique. LP/Florence Hubin

« On a 34 degrés sur la façade blanche, et 44 degrés sur la façade foncée », annonce le paysagiste Alexandre Colin en lisant la température affichée sur sa caméra thermique, braquée quelques secondes plus tôt sur les murs d'une des résidences de l'écoquartier Hoche à Nanterre, près de la gare RER Nanterre-ville. A ses côtés, Solène et Edouard, un couple de trentenaires du quartier participent à l'une des deux premières balades thermiques organisées par la mairie de Nanterre et encadrées par l'Atelier Paysages ce vendredi soir. Quatre autres se tiendront samedi dans d'autres quartiers de la ville.

LIRE AUSSI > Paris teste trois « îlots de fraîcheur » pour lutter contre les coups de chaud

« Le plan climat de la ville comprend une partie sur la lutte contre les îlots de chaleur », rappelle Aldrig Vallée, responsable de la mission Transition écologique de Nanterre. Il est ainsi prévu de définir les points chauds et points froids de la ville, l'évolution des températures, diurnes et nocturnes, d'associer les habitants à l'occasion de promenades dans les quartiers et de demander à des professionnels des conseils pour atténuer ces phénomènes. « Depuis juillet, un questionnaire a été mis en ligne sur le site de la ville et 200 habitants ont déjà répondu », indique Aldrig Vallée. L'idée étant de connaître le ressenti de la population, qui peut être différent des températures enregistrées.

De gros écarts de température constatés

Pourtant, Alexandre Colin a aussi un équipement pour mesurer cette température ressentie. « On la prend avec ce thermomètre à boule noire », explique-t-il à Solène, à laquelle il demandait d'estimer la différence de degrés entre la température réelle et la température ressentie. Car, l'été en plein soleil, la trentenaire traverse souvent le skatepark qui sépare sa résidence du centre-ville, et ressent un gros écart de température avec l'ombre des immeubles. « L'écart entre l'îlot de fraîcheur et l'îlot de chaleur que constitue le skate parc n'est que de 4 degrés, mais le ressenti est de 10 ou 15 degrés d'écart », assure le paysagiste.

LP/Florence Hubin
LP/Florence Hubin  

Caméra thermique en main, Alexandre sillonne le quartier pendant une heure avec l'équipe Transition écologique de la ville et les habitants. Il liste les matériaux, comme le béton et la brique, qui emmagasinent la chaleur le jour et la restituent le soir. Le pouvoir réfléchissant d'un matériau est aussi lié à sa couleur. La température enregistrée par la caméra thermique est sans appel. « La façade rouge restée au soleil toute la journée est à 46 degrés », montre le paysagiste. Il ajoute que nombre d'entrepôts de la ville représentent les îlots de chaleur visible sur la carte satellite : « Cet été, j'ai relevé 72 degrés sur une façade noire contre 47 sur une blanche ».

Eau et végétation pour lutter contre la chaleur

« L'une des solutions pour lutter contre les îlots de chaleur est la végétation », poursuit le paysagiste, alors que l'équipe longe le parc du Chemin de l'île jusqu'à la Seine et au chemin de halage transformé en promenade, de Colombes à Rueil. Toits et murs végétalisés sont un des moyens pour limiter la température émise par les bâtiments. Alexandre Colin rappelle aussi le pouvoir rafraîchissant de l'eau. « La seule vision de l'eau donne déjà une impression de fraîcheur. Elle va retrouver sa place en ville », assure le paysagiste.

« Nous allons affiner les données de la carte satellite grâce aux informations transmises par nos capteurs installés en ville et les mesures prises avec les caméras thermiques », indique l'équipe de l'Atelier Paysage, « et faire des préconisations à la ville ». Solène et Edouard sont ravis de leur balade, que le trentenaire résume d'une phrase rapide en souriant : « Les bâtiments foncés, le béton, c'est mal, les arbres, c'est bien ».

Balades thermiques, samedi 19 septembre : quartier Parc-Sud, de 13 heures à 14 heures (rendez-vous à 13 heures à la mairie de quartier du Parc Sud) ; Parc Nord-de-14h30 à 15h30 (rendez-vous sur l'esplanade Charles-de-Gaulle). Masque obligatoire.