Mort de Christophe Dominici : ce que l’on sait du drame

L’ancien rugbyman a été retrouvé, ce mardi, au pied d’un bâtiment désaffecté dans l’enceinte du parc de Saint-Cloud. Un témoin clé doit encore être entendu pour confirmer la thèse du suicide.

 Christophe Dominici, en 2004.
Christophe Dominici, en 2004. AFP

Il est mort près de chez lui. L'ancien rugbyman Christophe Dominici a été retrouvé inanimé, ce mardi après-midi, dans l'enceinte de la caserne Sully, un ensemble de bâtiments désaffectés situés en bordure du parc de Saint-Cloud. Âgé de 48 ans, celui qui fit les belles heures du XV de France et du Stade Français a fait une chute fatale d'une dizaine de mètres.

La mort de Christophe Dominici est très vraisemblablement volontaire. La thèse du suicide est presque acquise, même si l'accident ne peut être totalement écarté à ce stade. Outre celles de l'entourage du rugbyman, il faut attendre l'audition d'un témoin clé pour y voir plus clair.

Ce témoin clé est un cycliste qui aurait vu la silhouette imposante de Christophe Dominici sur le parapet longeant l'avenue de la Grille-d'Honneur, cette artère en pente qui mène à l'entrée principale du parc de Saint-Cloud. Il était environ 14h30. Selon les tout premiers éléments de l'enquête, ouverte pour « recherche des causes de la mort », ce témoin a aussi vu l'homme basculer dans le vide. Mais ce mardi, « il était trop choqué » pour répondre en détail aux questions des policiers.

Une tentative de ranimation en vain

Ce parapet de béton, qui borde une avenue elle-même parallèle au pont de l'autoroute A13 à Saint-Cloud, ne mesure pas plus d'un mètre de haut. Qu'il ait sciemment basculé dans le vide ou non, Christophe Dominici a fait une chute d'une dizaine de mètres en tombant à l'aplomb d'un bâtiment des années 1970 érigé derrière les bâtiments historiques de la caserne Sully.

Bâtiment qui appartenait à la Direction générale de l'armement jusqu'à son départ en 2008, racheté par le conseil départemental des Hauts-de-Seine en 2016, mais aussi désaffecté que la caserne depuis le départ des militaires. C'est pourquoi les témoins sont rares. Les secours sont arrivés rapidement et ont vainement tenté de ranimer l'ex-rugbyman. Mais il était déjà trop tard, Christophe Dominici serait mort sur le coup. Le décès a été prononcé à 15h05.

Sa femme sur les lieux, en état de choc

Quand la police est arrivée sur place, la femme de Christophe Dominici était sur les lieux du drame. « En état de choc, elle n'a pu être entendue », précise le parquet de Nanterre. Mais selon les quelques informations néanmoins recueillies par la police, l'épouse du sportif était à la recherche de son mari en ce début d'après-midi. Il avait quitté leur domicile de Boulogne-Billancourt pour faire une promenade qui ne devait pas durer deux heures.

C'est à l'aplomb du bâtiment moderne, situé au premier plan de cette photo, dans l'enceinte de la caserne Sully, que Christophe Dominici a été retrouvé inanimé ce mardi après-midi./LP/Valérie Mahaut
C'est à l'aplomb du bâtiment moderne, situé au premier plan de cette photo, dans l'enceinte de la caserne Sully, que Christophe Dominici a été retrouvé inanimé ce mardi après-midi./LP/Valérie Mahaut  

Inquiète, elle a alors rejoint les environs du parc de Saint-Cloud, sur l'autre rive de la Seine, un domaine qui abrite notamment la Faisanderie, le club privé du Stade Français. Mais c'est parce qu'elle espérait retrouver son mari près du chantier de leur maison en construction, à deux pas du parc de Saint-Cloud, sur la commune de Sèvres. C'est en le cherchant qu'elle est passée avenue de la Grille-d'Honneur, peu après la chute mortelle.

Newsletter Un tour de l'actualité des Hauts-de-Seine et de l'IDF
L'essentiel du 75
Toutes les newsletters

Le corps de la victime a été transporté à l'institut médico-légal où les médecins légistes devraient pratiquer l'autopsie ce mercredi. Ils procéderont également à des analyses toxicologiques.