Hauts-de-Seine : des cas de variants du coronavirus dans une école et un lycée

Des cas ou cas contacts de variants britannique et sud-africain ont été détectés dans un lycée de Colombes et une école maternelle de Bourg-la-Reine, entraînant des fermetures de classes.

 Colombes, le 17 janvier. Dépistage massif au gymnase Maintenon après la découverte de cas de variant sud-africain au lycée Jeanne-d’Arc.
Colombes, le 17 janvier. Dépistage massif au gymnase Maintenon après la découverte de cas de variant sud-africain au lycée Jeanne-d’Arc. LP/Olivier Bureau

Edit : contrairement à ce qu'une première version de cet article indiquait, la directrice de l'école maternelle de la Faïancerie, à Bourg-la-Reine, n'a pas été testée positive au Covid-19.

Le coronavirus n'en finit pas de frapper dans les établissements scolaires des Hauts-de-Seine. A Bourg-la-Reine deux classes du groupe scolaire la Faïencerie sont fermées. En maternelle une classe de moyenne section en raison d'un enfant positif au Covid-19 depuis lundi soir. En revanche aucun adulte n'a été testé positif. « Je tiens à rassurer les parents, je vais bien ! », indique Béatrice Druesne, le directrice. Une autre classe, en élémentaire cette fois, est concernée depuis la semaine dernière, après le dépistage positif de six adultes. Ni l'une ni l'autre ne rouvriront avant la rentrée du 1er mars.

Plus au nord, à Colombes, c'est de nouveau le groupe scolaire Jeanne-d'Arc qui a été touché. Ce lundi, quatre cas de variants dont au moins deux de la version sud-africaine, du virus ont été découverts. Toutes les classes de première du lycée ont été fermées.

Ce n'est pas une première pour ce groupe scolaire qui compte quelque 2 250 élèves. Mi-janvier, un collégien y avait été diagnostiqué cas contact à ce variant. Un incroyable dispositif avait alors été mis en place afin d'être en mesure de dépister près de 8 000 personnes en quatre jours.

Un dépistage massif ? « On sait faire ! »

« Ce n'est ni une première ni un cas isolé, commente Abdel Mesbahi, représentant départemental de la FCPE. La semaine dernière, c'était le lycée Maupassant qui était concerné… » Le 4 février, un cas de variant britannique a été détecté dans ce lycée. L'élève concerné ne reprendra pas les cours avant la fin des vacances.

« Il y avait aussi quelques cas contacts. Ils sont censés retourner au lycée ce jeudi mais c'est peu probable », estime un parent d'élève.

Les nouveaux cas de Jeanne-d'Arc sont accueillis avec sérénité en mairie de Colombes. « Si les pouvoirs publics nous le demandent, on peut organiser un dépistage massif, assure-t-on au cabinet du maire (EELV) Patrick Chaimovitch. On sait faire. Le gymnase Maintenon où on avait fait le dépistage précédent est opérationnel et le gymnase Ambroise-Paré sera bientôt équipé de fibre pour un meilleur transfert des données entre ceux qui prélèvent et l'ARS. »