Gennevilliers : chez Elie Bleu, le plan de relance est dans la boîte !

L’entreprise spécialisée dans les luxueux coffrets en bois, notamment pour les cigares et les montres, est la première société du département à bénéficier du plan de relance Territoire d’industrie.

 Gennevilliers, le 26 novembre. Ce cabinet à cigares réalisé pour les 50 ans de Cohiba vaut, après spéculation, plus d’un million d’euros, dix fois son prix de vente.
Gennevilliers, le 26 novembre. Ce cabinet à cigares réalisé pour les 50 ans de Cohiba vaut, après spéculation, plus d’un million d’euros, dix fois son prix de vente. LP/O.B.

« C'est une pépite. » Parole du préfet des Hauts-de-Seine. Ce jeudi matin, Laurent Hottiaux et Yohann Blais, le sous-préfet chargé du développement économique, ont visité la société Elie Bleu, avenue Laurent-Cély, à Gennevilliers. Cette PME est la première lauréate du département du « fond d'accélération des investissements industriels dans les territoires », dans le cadre du plan de relance.

Ce fond vise à soutenir par un financement les projets industriels les plus structurants pour les territoires et pouvant démarrer l'investissement d'ici un an. Elie Bleu va ainsi toucher 450 000 euros pour se moderniser.

La crise sanitaire a convaincu les dirigeants d'agir plutôt que d'attendre, avec cette philosophie : ne pas « faire le gros dos » pendant la crise et investir 1,3 million d'euros malgré tout. « Nous devons industrialiser certaines tâches afin d'augmenter la qualité et le rendement tout en réduisant la pénibilité », précise Laurent Fuchs, le directeur.

Gennevilliers, ce jeudi. Un vrai travail de précision. LP/O.B.
Gennevilliers, ce jeudi. Un vrai travail de précision. LP/O.B.  

Fondée en 1976, Elie Bleu a été basée à Paris jusqu'en 1999, puis à Maisons-Alfort (Val-de-Marne), avant d'arriver à Gennevilliers en 2009. Aujourd'hui, elle occupe un bâtiment moderne, et surtout adapté à son activité, où œuvrent 30 personnes.

« Nos clients sont les hommes et les femmes les plus puissants du monde »

Si Elie Bleu semble peu connue du grand public, on trouve ses produits dans tous les palais présidentiels du monde. La PME gennevilloise fabrique des coffrets en bois très haut de gamme : des caves à cigares, des coffrets pour montres de collection, des coffrets de backgammon ou destiné à accueillir des grands crus de whisky.

« Nous sommes les leaders mondiaux des caves à cigares. Nos clients sont les hommes et les femmes les plus puissants du monde », s'enorgueillit Laurent Fuchs, le PDG. Quand le chef d'Etat français offre un coffret à l'un de ses homologues, c'est Elie Bleu qu'il choisit.

Gennevilliers, ce jeudi. Elie Bleu a emménagé dans des locaux inaugurés en 2009. LP/O.B.
Gennevilliers, ce jeudi. Elie Bleu a emménagé dans des locaux inaugurés en 2009. LP/O.B.  

Qu'on ne s'y trompe pas, il ne s'agit pas de simples boîtes. Les créations de la société labellisée « Entreprise du patrimoine vivant » sont aux confins de l'ébénisterie et du luxe. Le prix de départ est de 1 000 euros mais les tarifs grimpent à vitesse grand V.

Newsletter L'essentiel du 92
Un tour de l'actualité des Hauts-de-Seine et de l'IDF
Toutes les newsletters

En 2016, le cabinet à cigare réalisé pour les 50 ans de la marque de cigares Cohiba, une œuvre d'art comportant notamment des feuilles de tabac recouvertes de feuilles d'or, a été vendu plus de 100 000 euros l'unité. « Aujourd'hui, avec la spéculation, il est estimé à plus d'un million d'euros », révèle Laurent Fuchs.

Un accord mondial sur une photo du Che Guevara

Les liens unissant Cuba et Elie Bleu sont extrêmement étroits. La société a signé un accord mondial avec les propriétaires du droit à l'image du célèbre cliché du Che Guevara pris par le photographe Alberto Korda. « On a l'exclusivité partout dans le monde, sauf à Cuba », précise Laurent Fuchs.

Gennevilliers, ce jeudi. Cuba et les cigares font partie de l’ADN d’Elie Bleu. LP/O.B.
Gennevilliers, ce jeudi. Cuba et les cigares font partie de l’ADN d’Elie Bleu. LP/O.B.  

Chaque année, 2 500 pièces sortent de l'atelier de Gennevilliers. Le bois arrive sous forme de grumes et d'épaisses planches. Dans une pièce adjacente, des milliers de feuilles de bois précieux, dont le fameux ébène blanc, attendent d'être choisis. Le travail du bois peut commencer.

Dans l'immense atelier, on coupe, on scie, on rabote, on colle, on polit, on ajuste, on rectifie, on vérifie. Une douce odeur de bois accompagne des gestes d'une précision inouïe, qui transforment du bois brut en œuvres d'art. Chaque unité demande environ six semaines de travail.

La Chine devient un gros client

Au final, sauf quand il s'agit de bijoux, l'écrin aura davantage de valeur que ce qu'il va contenir. « Le choix est infini. Nous avons autant de références dans notre catalogue que de boîtes fabriquées chaque année », précise Laurent Fuchs.

Gennevilliers, ce jeudi. Tout est fait à la main par une trentaine de salariés. LP/O.B.
Gennevilliers, ce jeudi. Tout est fait à la main par une trentaine de salariés. LP/O.B.  

L'entreprise dégageait 3,8 millions d'euros de chiffres d'affaires en 2019, vraisemblablement 15 % de moins en 2020. Ce sont surtout les clients et les modes d'achat qui ont changé. Les commandes en boutique se sont effondrées et ont été divisées par deux quand les achats en ligne ont doublé.

« Nous misons désormais sur les Chinois, poursuit le directeur. Ils sont passés de 1 % à 15 % de notre CA et sont en plein boom économique. Ce sont désormais les plus gros acheteurs du luxe. Le Viet Nam et la Corée progressent aussi. En fait, directement ou indirectement, 90 % de notre chiffre se fait à l'export… Ce sera bien 2021, notre année charnière. »

Renseignements et catalogue sur https ://eliebleu.com/