Elections régionales : dans les Hauts-de-Seine, les têtes de liste sortent du bois

Alors que les dates du scrutin ont été arrêtées aux 13 et 20 juin, les partis politiques se mettent en ordre de marche et désignent ceux qui porteront leurs couleurs.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
Dans les Hauts-de-Seine, Philippe Juvin (à gauche) devrait porter les couleurs des LR, un binôme Gabriel Attal-Aurélie Taquillain celles de LREM, tandis que Nadège Azzaz (en bas à droite) y retourne pour le PS.
Dans les Hauts-de-Seine, Philippe Juvin (à gauche) devrait porter les couleurs des LR, un binôme Gabriel Attal-Aurélie Taquillain celles de LREM, tandis que Nadège Azzaz (en bas à droite) y retourne pour le PS. LE PARISIEN

Un département particulièrement stratégique, avec une très forte réserve de voix acquises à la droite républicaine et des bulletins désormais convoités par la majorité présidentielle. Les Hauts-de-Seine constituent un département clé pour les élections régionales, qui se tiendront les 13 et 20 juin ainsi que l'a voté l'Assemblée nationale mardi.

Alors, à quatre mois de l'échéance, les têtes de listes départementales commencent à sortir du bois. Car ce scrutin qui se joue en deux tours, à la proportionnelle, se distingue avec une tête de liste régionale mais des sections départementales, autant qu'il y a de départements dans la région.

Lors des dernières élections de décembre 2015, c'est dans les Hauts-de-Seine que la liste de Valérie Pécresse (LR-UDI-MoDem à l'époque) avait réalisé ses meilleurs résultats avec 39,6 % des suffrages au premier tour (30,5 % au niveau régional) et au second tour avec 52,12 % des voix (43,8 % au niveau régional).

Philippe Juvin pressenti à droite

C'est aussi le deuxième territoire en termes d'électeurs — près d'un million d'inscrits — derrière Paris, et le deuxième en termes de participation, toujours après la capitale. D'où l'importance du choix des têtes de listes estampillées 92.

Si, pour l'heure, la majorité sortante de Valérie Pécresse n'a pas encore officialisé ses candidats département par département, le nom de Philippe Juvin revient systématiquement pour les Hauts-de-Seine.

Le maire (LR) de La Garenne-Colombes et omniprésent patron des urgences de l'hôpital Georges-Pompidou (Paris, 15e), a acquis ses derniers mois une notoriété incontestable. « Il fait l'unanimité, ce d'autant plus qu'il est le patron des Républicains du département », estime un élu de droite avant de poursuivre : « Il n'a plus qu'à faire campagne en blouse blanche avec son stéthoscope autour du cou… »

Un binôme Attal-Taquillain se dessine pour LREM

Philippe Juvin devra très probablement faire campagne face au porte-parole du gouvernement Gabriel Attal, pressenti pour être tête de liste LREM dans le département, où il est élu local, en l'occurrence conseiller municipal d'opposition à Vanves. Les deux hommes ont l'habitude de se croiser sur les plateaux télé avec des échanges parfois électriques sur la gestion par le gouvernement de la crise sanitaire.

Gabriel Attal fera, lui, campagne pour Laurent Saint-Martin, député du Val-de-Marne désigné il y a quelques jours après le renoncement du ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer. Le nouveau chef de file de la majorité présidentielle en Ile-de-France plaiderait pour des binômes dans chaque département.

Newsletter L'essentiel du 92
Un tour de l'actualité des Hauts-de-Seine et de l'IDF
Toutes les newsletters

Dans les Hauts-de-Seine, Gabriel Attal pourrait ainsi être associé à Aurélie Taquillain, qui a rejoint LREM avant les dernières élections municipales. Candidate à Courbevoie, elle avait obtenu le meilleur score du parti d'Emmanuel Macron dans le département avec 32,17 % au premier tour.

Nadège Azzaz (PS) y retourne et espère faire l'union à gauche

Le risque pour la droite et le centre est de devoir se partager le même gâteau avec deux listes relativement proches politiquement, mais qui vont se distinguer sur des questions nationales à commencer par la gestion de la crise sanitaire et économique. Reste également à savoir quelle sera la position du MoDem, qui siège aujourd'hui à la région au côté de Valérie Pécresse, et « en même temps » dans la majorité présidentielle à l'Assemblée nationale.

Une situation qui pourrait permettre à la gauche de tirer son épingle du jeu. « La gauche peut coaguler un peu, tant en raison de situation économique et des difficultés auxquelles sont confrontés les habitants qu'en raison de la situation politique avec deux villes gagnées aux dernières municipales », analyse un parlementaire du département, faisant référence à Colombes et Châtillon.

C'est d'ailleurs la conseillère régionale sortante Nadège Azzaz (PS), qui a pris la mairie de Châtillon en juin dernier, qui sera tête de la liste pour une partie de la gauche dans les Hauts-de-Seine. Celle qui était déjà tête de liste en 2015 fera campagne pour Audrey Pulvar au niveau régional sous la bannière PS-PRG-Place Publique.

« Il y a un véritable changement de doctrine avec la crise que nous traversons et il faut des collectivités beaucoup plus volontaristes pour répondre aux besoins des habitants », plaide Nadège Azzaz, persuadée que « la gauche est capable de faire l'union ».

Ecologistes et Insoumis ont déjà choisi, le RN pas encore

Pour l'heure, c'est en ordre dispersé que partent les différentes composantes de la gauche. Et EELV, dont la tête de liste régionale est Julien Bayou, également secrétaire national du parti écologiste, ne veut pas pour l'instant parler d'alliance avec le PS et ses partenaires.

C'est avec Génération.s que les écologistes ont décidé de faire campagne. Pour les Hauts-de-Seine, Roberto Romero, conseiller régional sortant et ex-PS, vient d'ailleurs d'être désigné tête de liste.

La gauche de la gauche a de son côté décidé de s'unir avec une liste commune LFI-PCF derrière la députée Insoumise de Seine-Saint-Denis Clémentine Autain. Dans les Hauts-de-Seine, un binôme LFI a été désigné le 20 janvier avec Aïssa Terchi, conseiller municipal d'opposition de Clichy, et Jill Maud Royer.

Enfin, le Rassemblement national n'a pas encore désigné ses têtes de listes départementales, alors que Jordan Bardella, poussé par le parti, n'a pas non plus encore officialisé sa candidature comme tête de liste régionale.