Covid-19 dans les Hauts-de-Seine : les gymnases restent ouverts aux mineurs, les bars ferment à 22 heures

Le préfet des Hauts-de-Seine a fixé par arrêté de nouvelles restrictions pour lutter contre la propagation du virus.

 Illustration. Les gymnases des Hauts-de-Seine restent ouverts pour les activités des enfants.
Illustration. Les gymnases des Hauts-de-Seine restent ouverts pour les activités des enfants.  LP/Philippe Lavieille

Annonces gouvernementales mercredi, réunion en visioconférence jeudi avec les maires et arrêté préfectoral ce vendredi soir. Celui-ci détaille les nouvelles restrictions pour lutter contre la propagation du virus dans les Hauts-de-Seine, situés en zone d'alerte renforcée. Le taux de positivité est de 8,9 % dans le département, contre 6,2 % au niveau national, le taux d'occupation des lits de réanimation atteint 27,7 %. Et le nombre cas confirmés augmente fortement : 309 personnes infectées le 20 septembre et 554 le 22 septembre.

Ces nouvelles restrictions sont imposées pour deux semaines.

Les gymnases fermés aux plus de 18 ans. À partir de lundi, les adultes n'auront plus accès aux salles de sport. Mais la pratique sportive des mineurs reste autorisée. « Les enfants ont besoin de se défouler, on l'a bien observé pendant le confinement, c'est une décision de bon sens », estime Ingrid Desmedt, présidente du Levallois Sporting Club, qui compte près de 13 000 licenciés, dont 60 % de mineurs. Ingrid Desmedt se dit néanmoins « déçue pour tous les autres sportifs et notamment nos équipes de jeunes majeurs qui vont devoir suspendre entraînements et compétition ».

«Ça va être catastrophique»

Pour les 36 associations sportives de Bagneux, qui compte la moitié d'adhérents de plus de 18 ans, c'est également un choc. « Pour les clubs, les salles de fitness et de musculation, c'est terrible et pour une ville modeste comme Bagneux, le sport est très important, il est vecteur de lien social », déplore Gholam Esmaeelipour, directeur sportif de la ville.

Le plus gros club de Bagneux, le COMB (club olympique multisport Bagneux) qui revendique en temps normal plus de 4000 adhérents, a déjà eu du mal à se relever du confinement. Les inscriptions sont en berne alors que 60 % de son budget dépend des adhésions. Le président Jean-Pierre Quilgars se montre très inquiet : « Nous avons 1000 adhésions en moins par rapport à la même date l'année dernière. C'est 220 000 à 250 000 euros de perte de chiffre d'affaires. Les gens hésitent à s'inscrire ou à inscrire leurs enfants pour des raisons sanitaires et financières. Ce qui nous tombe dessus là, ça va être catastrophique. »

Les piscines épargnées pour le moment. Alors que le Premier ministre, Jean Castex, annonçait la fermeture des piscines couvertes jeudi, le préfet des Hauts-de-Seine maintient l'ouverture au public, comme à Paris. Mais la décision pourrait évoluer dans les prochains jours.

Fermeture des bars à 22 heures. Petit sursis de deux jours pour les bars, qui devront fermer à 22 heures à partir de lundi. Les bars à chichas sont concernés par l'arrêté, tout comme les établissements de vente d'alcool à emporter.

Même si elle était attendue, la nouvelle plombe les professionnels. C'est le cas d'Olivier Hygonet, gérant du New Rose, le bar à cocktails de l'île Seguin à Boulogne-Billancourt. « Nous avons pu travailler en terrasse cet été mais là c'est fini. À l'intérieur avec les mesures barrière, on diminue notre capacité. Et maintenant une fermeture à 22 heures au lieu de 2 heures, ça veut dire que nous allons travailler la moitié du temps avec une capacité d'accueil divisé par deux. Et quand le ministre dit que ça ne va durer que 15 jours, mon bon sens a du mal à y croire. »

Seuls les restaurants pourront rester ouverts après 22 heures. À condition de ne pas devenir lieu de fêtes : ni mariage, ni communion, ni anniversaire. « Ce sont de nouvelles contraintes mais nous allons tout faire pour qu'elles soient respectées », estime Michael Belissa, patron du Place des Fêtes à Clichy, qui accueille régulièrement des groupes et appréhendait de devoir baisser le rideau à 22 heures.

Des restrictions applicables dès samedi. Les événements rassemblant plus de 1000 personnes sont interdits. Sur la voie publique, on ne peut être plus de dix, y compris dans les squares et forêts. Ces restrictions ne s'appliquent pas aux cérémonies funéraires.