Clamart : la tour Pentagone sera démolie à l’explosif… et à huis clos

Une partie de l’avenue du Général-De-Gaulle sera bloquée de 8 heures à midi, ce dimanche, lors de la destruction de l’ancienne tour de bureaux. Les riverains les plus proches sont invités à fermer fenêtres et volets.

 La tour Pentagone, ancien ensemble de bureau haut de 15 étages, sera démolie à l’explosif, ce dimanche matin.
La tour Pentagone, ancien ensemble de bureau haut de 15 étages, sera démolie à l’explosif, ce dimanche matin. LP/D.L.

La terre va trembler dans les hauts de Clamart. La raison? La démolition à l'explosif, dimanche matin, de la tour Pentagone, bâtiment de 15 étages aux allures de vaisseau fantôme, qui toise l'avenue du Général-De-Gaulle, à deux pas du centre de secours des sapeurs-pompiers.

Si elle promet d'être spectaculaire, cette opération sensible se jouera pourtant à huis clos. Très tôt, un large périmètre de sécurité sera dressé par les forces de l'ordre autour d'une zone à laquelle seule une quarantaine de personnes auront accès. La circulation automobile et piétonne sera, elle, complètement interrompue, de 8 heures à midi, sur l'avenue du Général-De-Gaulle, entre l'avenue Newton et la rue de l'île de France.

Les riverains ont été prévenus qu'ils ne pourraient ni quitter, ni accéder à leur domicile pendant ces quatre heures. Et ceux situés aux premières loges sont invités à ne pas regarder de trop près la démolition supervisée par le géant du BTP Eiffage.

«Ça génère beaucoup, beaucoup, beaucoup de poussière…»

Des riverains, qui seront alertés de l'imminence de l'opération par signaux sonores, trois minutes avant le début des travaux. « On a reçu un flyer dans nos boîtes aux lettres où on nous conseille de fermer les fenêtres » semble regretter François, qui comptait bien regarder le bâtiment s'effondrer depuis sa cuisine. « On nous conseille de fermer les volets et de s'installer dans une pièce, dont les fenêtres ne donnent pas sur la zone. Apparemment, ça génère beaucoup, beaucoup, beaucoup de poussière… »

Les autorités veulent éviter les attroupements de curieux derrière les barrières pendant la démolition.LP/D.L.
Les autorités veulent éviter les attroupements de curieux derrière les barrières pendant la démolition.LP/D.L.  

De la poussière, il y en aura en effet. Mais ce que les autorités veulent en revanche éviter, ce sont les attroupements de curieux derrière les barrières. Pour d'évidentes questions de sécurité relatives à la démolition de la tour.

Mais aussi pour des questions de respect de distanciation physique liées, elles, à la pandémie de Covid-19. « Vu le contexte sanitaire, on ne veut pas voir des dizaines de personnes derrière les barrières, relève-t-on en préfecture. Et de toute façon, vu la manière dont le périmètre sera établi, il n'y aura rien à voir. »

Un nouveau quartier pour redessiner l'entrée de ville

Au moins, les autorités, qui ont pris soin de limiter au maximum la publicité de l'événement, n'auront pas à gérer l'émotion d'anciens habitants de la tour privés du spectacle. « La tour Pentagone était un ensemble de bureaux, explique-t-on à la ville de Clamart. Elle est vide depuis des années et il n'y a pas de dimension affective autour de sa démolition. »

Une destruction qui symbolise l'un des plus grands projets mené par le maire (Libres !) Jean-Didier Berger : redessiner l'une des entrées de ville et transformer une friche industrielle de cinq hectares en nouveau quartier attractif.

Baptisé Plaine Sud, ce quartier se composera de 1100 logements, d'un hôtel, de commerces, de restaurants, de plusieurs espaces verts, d'un bassin et d'un canal qui traversera l'ensemble. Plaine Sud accueillera aussi des résidences étudiantes et seniors et un groupe scolaire qui sera inauguré le 31 août prochain.