Au tribunal de Nanterre, «les fenêtres pourront enfin s’ouvrir après 48 ans d’attente»

Le tribunal judiciaire de Nanterre et quatre tribunaux de proximité des Hauts-de-Seine vont bénéficier de 30 millions d’euros de travaux de rénovation énergétique dans le cadre du Plan de relance.

 Les façades du tribunal judiciaire de Nanterre seront refaites.
Les façades du tribunal judiciaire de Nanterre seront refaites. LP/Olivier Boitet

Le tribunal judiciaire de Nanterre va bénéficier du Plan de relance décidé par le gouvernement en septembre dernier. Le ministère de la Justice annonce, ce lundi, l'investissement de près de 30 millions d'euros dans la rénovation énergétique du bâtiment, datant des années 1970, qui abrite le tribunal.

Concrètement, il s'agit d'isoler la toiture de l'édifice et d'en refaire complètement les façades et la menuiserie pour améliorer « le confort énergétique ». Ce n'est pas du luxe. Dans certaines salles d'audience, magistrats et justiciables grelottent tandis que les salles de l'aile opposée sont de véritables étuves. L'économie d'énergie après travaux est évaluée à quelque 190 000 euros par an.

La réfection des menuiseries signifie qu'il sera possible d'ouvrir les fenêtres. Une perspective réjouissante pour les magistrats et fonctionnaires du tribunal judiciaire, que sa présidente, Catherine Pautrat, avait soulignée dans son discours de rentrée solennelle le 18 janvier dernier, n'hésitant pas à évoquer « un miracle » : « les fenêtres pourront enfin s'ouvrir après 48 ans d'attente! »

Deux ans de travaux à partir de 2022

Les travaux ne commenceront pas avant 2022 et s'accompagneront d'une succession de déménagements. Car les façades seront refaites une par une. Et, à chaque fois, les bureaux donnant sur ces façades seront inutilisables. Dès à présent, le tribunal anticipe la recherche de locaux provisoires.

Outre le tribunal judiciaire, quatre tribunaux de proximité entrent dans l'enveloppe du plan de relance. Celui d'Antony dont la toiture sera refaite, pour un budget de 55 000 euros, ceux d'Asnières-sur-Seine, Boulogne-Billancourt et Courbevoie où les éclairages seront remplacés par l'installation de led.

A Boulogne, le remplacement des dalles de la salle d'audience est également au programme. Pour ces trois derniers bâtiments, le budget atteint 90 000 euros. L'isolation thermique des logements de fonction de la maison d'arrêt est également programmée, pour 64 000 euros. L'ensemble des travaux devrait s'étaler sur deux ans.