Stationnement : à Gennevilliers, la fête est finie

Ce lundi, de nouvelles règles concernant le stationnement entrent en vigueur. Elles visent notamment à dissuader ceux qui n’habitent pas la commune d’utiliser indûment les places. Gare aux PV !

 Gennevilliers, le 30 octobre. De nouvelles règles de stationnement entrent en vigueur ce lundi.
Gennevilliers, le 30 octobre. De nouvelles règles de stationnement entrent en vigueur ce lundi. LP/O.B.

Les panneaux indiquant la couleur des zones brillent encore. Au sol des pointillés ou des pastilles de couleur ont colonisé les bas-côtés. Un peu moins de deux ans après le vote de la population, le nouveau plan de stationnement entre véritablement en vigueur à Gennevilliers. La verbalisation du stationnement longue durée va débuter ce lundi.

Le reconfinement ne retarde pas la mise en œuvre de cette mesure, destinée à en finir avec les voitures ventouse. Aussi, les résidents ont reçu une vignette de stationnement résidentiel.

Les procès-verbaux avaient déjà commencé à tomber dans les zones où le stationnement est limité à 20 minutes. C'est désormais l'ensemble de la ville qui est concerné.

Désormais, c'est disque obligatoire partout ou vignette résidentielle

Gennevilliers compte 180 places « zone bleue » (dont 80 réservées aux livraisons entre 6 heures et 10 heures) où le stationnement est limité à 20 minutes, 310 en zone orange où le maximum est de deux heures. Dans le reste de la ville, depuis le mois dernier, on compte 7300 emplacements en zone verte avec cinq heures autorisées pour les non-Gennevillois. Il est donc indispensable de poser son disque bleu bien en évidence derrière son pare-brise. « Il est valable et obligatoire quelle que soit la couleur de la zone », glisse Patrice Leclerc, le maire (PCF) de la ville.

Comme il n'était pas question d'empêcher un habitant de se garer en bas de chez lui, la ville a envoyé plus de 8000 vignettes (gratuites) de stationnement résidentiel. « Elles permettent à un habitant de laisser sa voiture sept jours sur un emplacement vert. Après, il doit la bouger », ajoute Patrice Leclerc. Pendant des années, des personnes extérieures à la ville se garaient gratuitement à Gennevilliers pour prendre les transports en commun. « On aboutissait à un manque de stationnement pour les habitants, analyse Roger Dugué, maire adjoint à la sécurité. Alors, oui, aujourd'hui, une page se tourne. »

Le but affiché de cette réforme est notamment de lutter contre le stationnement sauvage et les fameuses voitures-ventouses qui colonisent les communes. Afin de partir sur des bases saines début novembre, la municipalité a fait le ménage. « En deux mois, on en a enlevé 600! » poursuit le maire de Gennevilliers.

Une amende à 35 euros, notamment pour dissuader les non-Gennevillois

Autre objectif poursuivi : dissuader les habitants d'autres communes d'encombrer les places de stationnement. Pendant des années, des personnes extérieures à la ville se garaient gratuitement à Gennevilliers pour prendre les transports en commun. « On aboutissait à un manque de stationnement pour les habitants, analyse Roger Dugué, maire adjoint à la sécurité. Alors, oui, aujourd'hui, une page se tourne. »

Ce sont les quatorze agents de surveillance de la voie publique (ASVP) et les trois agents assermentés avec statut de policiers municipaux, recrutés ces derniers mois, qui seront à la manœuvre. Le principe est simple : un disque oublié, un dépassement de durée, et la sanction se monte à 35 euros.

«Si le but c'est embrouiller les gens pour qu'on se trompe et qu'on se retrouve avec un PV, c'est réussi…»

« Les agents ne sont pas assez nombreux pour que ce soit vraiment mis en œuvre, prédit Abdel. Un gars qui dépasse de quelques minutes ou quelques heures ne sera jamais une priorité ! Pourtant, il est temps de mettre de l'ordre dans tout cela. »

« Moi non plus je n'y crois pas, abonde Catherine, une commerçante. Ce qu'il aurait fallu, ce sont des bornes automatiques comme dans d'autres villes. Au bout des 20 minutes, la police débarque et met un PV. Même léger, au moins ça dissuade. Ici, le stationnement, ça a toujours été l'anarchie… »

Un peu plus loin, Naïma règle son disque. « Payer, toujours payer, grommelle-t-elle. En plus, d'un côté de la rue c'est bleu, de l'autre c'est orange et au bout, c'est vert. Si le but c'est embrouiller les gens pour qu'on se trompe et qu'on se retrouve avec un PV, c'est réussi… »

C’est le choix des habitants

« Ce qu’on met en application, c’est ce que les habitants ont voté », rappelle Patrice Leclerc, maire PCF de Gennevilliers. Le système mis en place est en effet sorti des urnes en décembre 2018. Avant ce vote, une étude avait été menée sur toute la ville, quartier par quartier, rue par rue, afin de connaître précisément les problèmes et les besoins dans une des rares villes dénuées d’horodateurs.

Le 12 décembre 2018, 2504 Gennevillois ont glissé un bulletin dans une urne au cours d’une journée très codifiée et très solennelle. Plus de 85 % d’entre eux se sont prononcés pour du stationnement gratuit mais limité. L’autre possibilité, des horodateurs dans certains secteurs, avait fait un flop. « Ce sont les habitants qui ont décidé de ce qui allait être mis en place dans leur ville, insiste Patrice Leclerc. On verra par la suite si cela libère des places et fluidifie les flux. »