À Clichy, le maire autorise l’ouverture des librairies

Rémi Muzeau (DVD) s’oppose ainsi au décret gouvernemental sur les ouvertures des commerces qui exclut les librairies.

 Clichy, le 30 octobre 2020. Le maire de Clichy décide d’autoriser l’ouverture des librairies dans la commune, en contradiction avec le décret précisant les règles du confinement.
Clichy, le 30 octobre 2020. Le maire de Clichy décide d’autoriser l’ouverture des librairies dans la commune, en contradiction avec le décret précisant les règles du confinement. 

Le maire (DVD) de Clichy, Rémi Muzeau, a décidé d'autoriser les libraires de la commune à ouvrir leur boutique. Malgré le décret de jeudi précisant les règles du confinement, selon lequel les librairies ne sont pas des commerces essentiels et doivent donc baisser le rideau. Ce qu'elles ont fait ce vendredi. Un coup dur pour les librairies indépendantes, d'autant que les magasins Fnac peuvent ouvrir puisque figurant dans la catégorie « matériel informatique ».

« Ce côté deux poids deux mesures est scandaleux. Les librairies sont essentielles », justifie Rémi Muzeau, qui a annoncé qu'il autorisait l'ouverture sur Twitter dans l'après-midi de vendredi. Sans pour autant prendre un arrêté municipal -option évoquée dans un premier temps- qui irait à l'encontre du décret du gouvernement.

Le maire sait bien qu'il joue là un coup de poker, mais assume. « J'ai bien écouté les paroles du Président de la République qui en appelle aux élus locaux pour prendre les meilleures décisions pour ce nouveau confinement », poursuit-il, insistant sur « le pouvoir de police du maire ». Il a donc informé le commissariat de Clichy de sa position.

Ce samedi, la librairie Villeneuve située dans la rue du même nom, juste à côté de la mairie devrait donc être ouverte. « Nous avons vraiment vécu cette annonce de fermeture comme une injustice, c'est de la concurrence déloyale », estime Julie Goislard, qui a repris la librairie il y a bientôt dix ans et qui en a ouvert une autre dédiée aux livres jeunesse, il y a trois ans. « Laisser les librairies ouvertes aurait été tellement fort symboliquement, ajoute-t-elle. Mais la culture a été mise de côté… »

La libraire veut avant tout rassurer les clients. « Depuis des mois nous avons mis en place un protocole strict avec masques, gel, et trois personnes maximum dans la librairie », souligne Julie Goislard, qui a pu mesurer jeudi le soutien indéfectible de ses clients. Ils ont fait la queue toute la journée pour acheter des livres avant la fermeture.

Si l'annonce du maire de Clichy l'a laissée un peu perplexe dans un premier temps, elle veut néanmoins y croire. « Je ne sais pas trop comment cela va se passer, cette situation est tellement ubuesque », ajoute Julie Goislard, espérant que le gouvernement reverra sa position sur le sujet. Pour l'heure, le gouvernement ne semble pas disposé à donner raison aux libraires qui sont seulement autorisés à poursuivre leur activité en « click and collect ». Ce vendredi après-midi, il a même été décidé lors d'une réunion de crise à Bercy que la Fnac et les magasins de grande distribution devraient finalement fermer leurs rayons livres. Avec réévaluation de la situation dans deux semaines.