Tentative d’assassinat de Guy Orsoni : série d’arrestations à Ajaccio

Plusieurs arrestations, dont celle du « parrain » Jacques Santoni, ont eu lieu dans cette « opération majeure » au sein du grand banditisme corse.

 Des techniciens en identification criminelle inspectent le 4 x 4 blindé de Guy Orsoni après la tentative d’assassinat, le 13 septembre 2018 à Ajaccio.
Des techniciens en identification criminelle inspectent le 4 x 4 blindé de Guy Orsoni après la tentative d’assassinat, le 13 septembre 2018 à Ajaccio.  AFP/PASCAL POCHARD-CASABIANCA

Plusieurs personnes, dont le chef présumé de la bande criminelle du « Petit Bar », ont été arrêtées ce lundi à Ajaccio dans le cadre de l'enquête sur une tentative d'assassinat de Guy Orsoni, en 2018, selon des sources proches du dossier.

Fils d'un ex-leader nationaliste, Guy Orsoni, actuellement en détention, est au cœur de plusieurs dossiers criminels en Corse.

Le chef présumé de la bande criminelle « Le Petit Bar », Jacques Santoni, fait partie des personnes arrêtées et une perquisition a eu lieu à son domicile ajaccien en présence du Raid, le corps d'élite de la police nationale, a-t-on appris auprès de plusieurs sources dont son avocat Me Pascal Garbarini.

Jacques Santoni, tétraplégique, dispose d'un certificat médical de moins de 10 jours qui l'oblige à rester à son domicile pour éviter tout risque face au Covid-19, a précisé son avocat.

De « multiples cibles »

Celui-ci a regretté que « la seule solution qui lui est proposée, c'est de le transférer en garde à vue à Marseille, cluster de Covid-19, alors que nous ne sommes pas en flagrance puisque les faits reprochés remontent à septembre 2018 ».

« J'ai déjà prévenu la juge et les officiers de police judiciaire que dans l'hypothèse où M. Jacques Santoni attraperait un virus ou autre chose à cause de cette procédure, j'en tirerais toutes les conséquences judiciaires », a indiqué Me Garbarini qui défend une seconde personne arrêtée lundi dans cette affaire.

Ces arrestations effectuées par la police judiciaire sur commission rogatoire d'un juge de la Juridiction interrégionale spécialisée de Marseille (Jirs), compétente en matière de grande criminalité organisée, ont eu lieu ce lundi matin et visaient « de multiples cibles », a indiqué la procureure de la République d'Ajaccio, Carine Greff.

Une « opération majeure »

Selon des sources concordantes, plusieurs arrestations et au moins une extraction de prison ont eu lieu dans cette « opération majeure » au sein du grand banditisme insulaire. Des cibles auraient échappé au coup de filet, ajoutent-elles.

Le 13 septembre 2018, alors qu'il circulait en plein jour au volant d'une voiture blindée dans Ajaccio, Guy Orsoni, fils de l'ex-leader nationaliste Alain Orsoni, avait été visé par le passager d'une moto armé d'un fusil d'assaut. Blessé à l'épaule, il avait réussi à échapper à ses deux agresseurs en fuyant à bord de son 4 x 4 Mercedes noir vers le centre-ville, où il s'était arrêté non loin du tribunal.

Guy Orsoni a été mis en examen dans plusieurs dossiers notamment pour « association de malfaiteurs ».