Qui a poussé une joggeuse dans les eaux du Rhône à Lyon ?

La jeune femme a été repêchée par des passants après avoir été poussée volontairement lundi 8 février par un inconnu. La police criminelle lance un appel à témoins.

 La jeune femme a été poussée dans les eaux glaciales du Rhône à la hauteur de l’hôpital Saint-Joseph-Saint-Luc, dans le VIIe arrondissement de Lyon (Illustration).
La jeune femme a été poussée dans les eaux glaciales du Rhône à la hauteur de l’hôpital Saint-Joseph-Saint-Luc, dans le VIIe arrondissement de Lyon (Illustration). AFP/JEAN-PHILIPPE KSIAZEK

Il était 19 heures lundi soir, une jeune femme faisait son jogging, seule, sur les berges de la rive gauche du Rhône, à la hauteur de l'hôpital Saint-Joseph-Saint-Luc, dans le VIIe arrondissement de Lyon, lorsqu'elle a été délibérément poussée dans les eaux du fleuve en crue par un homme vêtu d'un sweat-shirt à capuche qui a foncé sur elle.

Tombée dans les eaux glaciales et tourbillonnantes du Rhône, la jeune femme, qui a réussi à s'accrocher à la berge, évitant ainsi d'être embarquée par le courant, a pu être secourue miraculeusement par deux passants, pendant que son agresseur prenait la fuite. Après l'avoir hissée hors de l'eau, s'être assurés qu'elle était en bonne santé, les deux hommes qui lui ont porté secours ont repris leur chemin.

A la recherche du témoignage de ceux qui l'ont secourue

La brigade criminelle de la Sûreté départementale du Rhône a lancé mercredi soir un appel à témoins, pour tenter de retrouver l'agresseur, recherchant « toute personne susceptible d'apporter des éléments à l'enquête afin de déterminer les circonstances de cette agression ». Elle recherche ainsi à la fois l'agresseur, tout témoin de la scène, et en premier lieu les deux hommes qui ont secouru la jeune joggeuse dans l'espoir qu'ils puissent fournir des détails de la scène. La victime courait dans le sens du fleuve au moment de l'agression, du Nord vers le Sud.

Cette promenade urbaine de 5 km aménagée le long du fleuve entre les parcs de la Tête d'Or et de Gerland, est habituellement fréquentée par de très nombreux promeneurs, marcheurs, joggeurs, skateurs et cyclistes. Mais le couvre-feu, et la nuit qui tombe tôt en période hivernale, rendent actuellement les lieux relativement déserts après 18 heures.

Appel à témoins : DDSP de Lyon, 04.87.62.90.00