Procès antiterroriste : «Ulysse», policier infiltré, raconte son odyssée au cœur de Daech

Au procès de trois terroristes présumés, deux policiers protégés par le même nom de code Ulysse ont raconté, anonymement, comment ils ont infiltré les réseaux de Daech en France pour déjouer des projets d’attentat.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Pendant quatre mois, un policier de la DGSI est entré en relation avec un émir en zone irako-syrienne pour négocier l’achat de quatre kalash destinées à des attentats en France.
Pendant quatre mois, un policier de la DGSI est entré en relation avec un émir en zone irako-syrienne pour négocier l’achat de quatre kalash destinées à des attentats en France. EPA/MAXPPP

Ulysse avait deux têtes. Dont l'une apparaît comme une ombre, ce vendredi, sur un écran de la cour d'assises sous le matricule « 282 SI ». Ce policier de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) est l'un des deux enquêteurs qui, pendant quatre mois, se sont relayés sous le pseudonyme du héros mythologique pour dialoguer avec un cadre de Daech. Une cyberinfiltration qui a permis de déjouer deux projets distincts d'attentats, dont les trois accusés comparaissent depuis lundi devant la Cour d'assises spéciale de Paris.

Début mars 2016, la DGSI apprend par un informateur qu'un djihadiste français en zone syro-irakienne recherche des armes. L'informateur est ensuite mis en relation avec l'émir du groupe, baptisé Sayyaf, dont la première demande est très claire : « On veut 4 kalash, et avec chaque kalash 4 chargeurs et des munitions. » Une enquête sous pseudonyme est autorisée.

En prise directe avec l'émir

« Dès son premier message et jusqu'à la fin, notre interlocuteur va se montrer très directif, retrace sans émotion particulière 282 SI. Il nous considère comme un soldat et lui aussi. Tout comme toi, j'ai des instructions », nous dit-il par exemple. Très rapidement, le cyberinfiltré indique qu'il est en mesure de se procurer les armes. La phase d'acheminement de la somme nécessaire sera plus laborieuse.

A la mi-mars, les policiers constatent la fébrilité de l'émir qui leur intime l'ordre d'anéantir son téléphone puis se dit trop occupé pour répondre. Une attitude liée directement, selon eux, à l'actualité en Belgique : la perquisition de Forest au cours de laquelle Salah Abdeslam parvient à s'enfuir date du 16 mars, les attentats de Bruxelles ont lieu six jours plus tard. Sayyaf sera finalement identifié en la personne de Salah Eddine Gourmat, un membre de la cellule des opérations extérieures de Daech, abattu dans une frappe américaine fin 2016.

Le problème du paiement se débloque précipitamment le 24 juin lorsque l'émir annonce que l'argent se trouve près d'une tombe dans le cimetière du Montparnasse, à Paris. Une enveloppe contenant 13 300 € se trouve effectivement à l'endroit indiqué. « Mais ni les recherches sur les bornes téléphoniques, ni la recherche de traces papillaires, ni l'exploitation des caméras de vidéosurveillance ne permettront d'identifier la personne qui a déposé la somme », regrette 282 SI.

«Avez-vous franchi la ligne jaune ?»

Le plan prévoit ensuite d'enfouir les armes. « Nous prenons une initiative, celle de choisir l'endroit, détaille Ulysse. Par sécurité, on ne peut pas choisir une zone urbaine, mais pour la surveillance on ne peut aller à la campagne. » Ce sera la forêt de Montmorency, dans le Val-d'Oise. Il faudra encore attendre le mois de novembre pour l'interpellation des trois accusés en lien plus ou moins direct avec cette cache.

Si pour l'enquêteur, qui a vécu quatre mois dans la peau d'un autre, cette opération est un indéniable succès, les avocats de la défense ne croient guère à la trop belle histoire de l'informateur, suggèrent une éventuelle provocation et pilonnent le témoin de questions. L'avocat général lève les yeux au ciel. « Avez-vous franchi la ligne jaune ? » demande l'un des deux représentants de l'accusation. L'enquêteur balaie : « Ça me paraît un peu compliqué de soutenir que l'Etat islamique avait besoin d'être provoqué pour commettre un attentat. »