Prison de Valence : agression à l’huile bouillante, des surveillants appellent au blocage

Le détenu visé semble avoir été la cible d’un règlement de comptes. Deux surveillants ont également été blessés lors de l’agression.

 L’agression est survenue dans le centre pénitentiaire de Valence, un des plus récents de France. (Illustration)
L’agression est survenue dans le centre pénitentiaire de Valence, un des plus récents de France. (Illustration) LP/Aurélie Ladet

Une agression soudaine aux conséquences sérieuses. Le syndicat du personnel pénitentiaire UFAP Unsa a appelé samedi à un blocage de la prison de Valence (Drôme), après une agression à l'huile bouillante dont ont été victimes quelques heures plus tôt un détenu et deux surveillants.

Le détenu visé, qui semble avoir été la cible d'un règlement de comptes, va être héliporté vers un hôpital lyonnais en raison de la gravité de ses blessures, a indiqué Sylvain Royère, secrétaire local du syndicat.

L'agression est survenue samedi vers 12 heures, au moment de la distribution des repas en cellule, effectuée par deux surveillants aidés d'un détenu.

Deux surveillants également touchés

À l'ouverture de la porte de sa cellule, un autre prisonnier a jeté le contenu d'une casserole d'huile bouillante sur son codétenu, puis l'a lacéré avec un éclat de miroir.

L'un des surveillants a été brûlé aux bras sans trop de gravité par des projections d'huile, le second plus sérieusement au visage. Le détenu agresseur a été transporté au quartier disciplinaire.

Comptant parmi les plus récents de France, le centre pénitentiaire de Valence permet aux détenus de détenir en cellule friteuses et accessoires de cuisine pour améliorer leur ordinaire.

L'UFAP Unsa appelle à bloquer l'établissement lundi à partir de 6 heures pour réclamer une fouille du lieu ainsi que le retrait des friteuses et de l'huile, a indiqué Sylvain Royère.

En 2019, deux surveillants avaient déjà été victimes d'un jet d'huile bouillante de la part d'un détenu. Le syndicat de surveillants avait alors déjà dénoncé la multiplication des agressions dans le centre pénitentiaire.