Prime de nuit, matériel neuf… Les mesures de Darmanin pour améliorer le «quotidien» des policiers

Le ministre de l’Intérieur a reçu les syndicats de police ce mardi, après une série de violences visant des fonctionnaires.

 Le Ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin s’est rendu devant l’hôtel de police de Cergy où sont en poste les deux fonctionnaires de la PJ grièvement blessés la semaine passée.
Le Ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin s’est rendu devant l’hôtel de police de Cergy où sont en poste les deux fonctionnaires de la PJ grièvement blessés la semaine passée.  LP/Frédéric Naizot

Création d'une prime pour les « nuiteux », amélioration du matériel et des conditions de travail… Des mesures fortes, qui vont « dans le bon sens », saluées par les syndicats de policiers, pourtant encore sceptiques quant à leur mise en œuvre.

Sur fond de malaise policier après une série de violences, - l'attaque aux mortiers d'artifice du commissariat de Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne) et l'agression par balles de deux policiers, mercredi, à Herblay (Val-d'Oise) - Gérald Darmanin a annoncé aux représentants de la profession, ce mardi, une série de mesures visant à améliorer le « quotidien » des agents.

Lors de la rencontre de ce mardi, le ministre a annoncé la mise en place d'une prime réclamée de longue date pour les « nuiteux », les 22 000 policiers qui travaillent de nuit. Ces fonctionnaires toucheront désormais en moyenne 60 à 100 euros de plus par mois.

Les syndicats, qui ont assisté à cet échange en visioconférence pour cause de situation sanitaire, doivent aussi être reçus jeudi par le président Emmanuel Macron pour évoquer cette fois la question de la « protection des policiers », selon le ministère.

Le renouvellement d'un véhicule sur quatre

« Le statut du travailleur de nuit est acté et enfin on a de premières indemnités », a salué Grégory Joron, d'Unité-SGP, alors que la prime était réclamée de longue date par les syndicats. Le ministre, qui a dévoilé un peu plus tôt les chiffres de la délinquance pour le mois de septembre, a aussi détaillé les volets du budget de la police concernés par des augmentations, qui atteignent au total 325 millions d'euros pour 2021.

Les crédits consacrés au matériel et aux équipements vont ainsi augmenter de 15 millions d'euros et ceux dédiés au parc automobile de 125 millions d'euros. Cela doit permettre le renouvellement d'un véhicule sur quatre, selon le ministère.

Le budget immobilier va lui aussi augmenter de 12 millions d'euros, en espérant obtenir jusqu'à 740 millions d'euros dans le cadre du plan de relance, afin de rénover les commissariats notamment.

Gérald Darmanin a aussi annoncé un « plan de valorisation inédit de la filière investigation », avec des avancements de carrière « accélérés » et une revalorisation de la prime d'officier de police judiciaire. Il s'est également engagé à relancer le projet de gratuité des transports pour les forces de l'ordre en reprenant les discussions avec la SNCF pour « aboutir en 2021 », selon son entourage.

Une rencontre très attendue avec Macron

« S'il arrive à mener à bien tous ces projets dans les prochains mois, on pourra enfin dire qu'il y a une reconnaissance du métier de policier », a réagi Fabien Vanhemelryck, secrétaire général d'Alliance police nationale. « Maintenant, on attend la rencontre avec Emmanuel Macron jeudi », a ajouté Patrice Ribeiro, secrétaire général de Synergie-Officiers, « on a des choses à lui dire, notamment sur la réponse pénale ».

Les syndicats doivent s'entretenir jeudi avec le chef de l'Etat pour évoquer cette fois la question de la « protection des policiers », selon l'Intérieur, une rencontre qu'ils sollicitaient sans succès depuis de longs mois.

Gérald Darmanin a par ailleurs annoncé qu'il réunirait de nouveau les organisations syndicales en novembre pour leur présenter le livre blanc de la sécurité intérieure. La publication de ce travail, objet de longs mois de consultations dans les cénacles sécuritaires, n'a cessé d'être repoussée. Et avec elle, la perspective d'une réforme structurelle et en profondeur de la police nationale.

La présentation du livre blanc coïncidera avec l'examen à partir du 17 novembre à l'Assemblée nationale de la proposition de loi LREM sur le continuum de sécurité. Ce texte traite notamment des polices municipales, de l'utilisation des images réalisées par les caméras portatives des forces de l'ordre et du floutage des images des visages des policiers.