AbonnésFaits divers

«On ne l’oubliera jamais» : des milliers de personnes pour dire adieu à Victorine

Une foule impressionnante a participé ce dimanche à la marche blanche à Villefontaine à la mémoire de la jeune fille de 18 ans. Son corps avait été retrouvé il y a une semaine.

 Environ 6 000 personnes ont rendu hommage à Victorine dont le corps a été retrouvé lundi 28 septembre.
Environ 6 000 personnes ont rendu hommage à Victorine dont le corps a été retrouvé lundi 28 septembre. LP/Serge Pueyo

C'est toute une ville, toute une région qui a tenu à soutenir la famille de Victorine Dartois. Près de 6000 personnes ont participé ce dimanche à la marche blanche organisée à Villefontaine (Isère) pour rendre hommage à la jeune étudiante de 18 ans, noyée par son ou ses agresseurs, alors qu'elle rentrait chez elle.

Sur le parking du stade de la prairie, tout près de l'endroit où a été retrouvé le corps de Victorine, immergé dans un ruisseau, une croix a été plantée sur un petit monticule, avec le portrait de la jeune fille. Des centaines d'anonymes viennent déposer des roses blanches au pied de la croix. « Victorine était une amie. Je n'arrête pas de pleurer depuis l'annonce de sa mort. Victorine, c'était la joie de vivre, c'était un rire, un sourire. C'est injuste ce qui lui est arrivé. On ne l'oubliera jamais », confie Inès.

VIDÉO. Mort de Victorine : sa sœur lui rend hommage sur les réseaux sociaux

Peu avant 14h30, la famille de Victorine arrive. Ses parents, Sylvie et James, ses deux sœurs, Perrine, 20 ans et Romane, 22 ans, son frère Rémi, 25 ans, se dirigent vers la croix érigée pour Victorine. Ils déposent des fleurs, se serrent dans les bras, unis dans une immense douleur.

On assiste alors à une scène très émouvante. Perrine a apporté dans une petite cage blanche, une colombe, symbole de paix. Sylvie, la maman de Victorine, prend l'oiseau dans ses mains, et avec son mari James, le lâche dans le ciel de Villefontaine. Sous les applaudissements de la foule. Le cortège s'élance ensuite vers le quartier des Fougères, sur les hauteurs de la ville. C'est là que résidait Victorine. Au premier rang, la famille de la jeune fille tient une banderole, sur laquelle il est écrit : « Victorine, repose en paix. Nous finissons ton trajet ensemble ». Un trajet qui pour l'étudiante s'est achevé tragiquement dans le lit d'une rivière le 26 septembre.

«Il faut que l'on retrouve le salaud qui a fait ça. Et qu'il paye»

Dans la marche blanche, Farida, une mère de famille, ne peut retenir ses larmes : « La mort de Victorine est atroce. Je suis une maman, j'ai une fille de son âge. Il est important d'être aux côtés de ses parents, pour les soutenir dans cette épreuve. Et leur montrer qu'ils ne sont pas seuls. Ce drame touche tout le monde. » Pour Audrey, 17 ans, « Victorine est désormais au paradis. Avec ses beaux yeux bleus, c'est un ange ». Certains laissent éclater leur colère : « Il faut que l'on retrouve le salaud qui a fait ça. Et qu'il paye », s'énerve Patrice, un père de famille.

LIRE AUSSI > Meurtre de Victorine : la marche blanche en dix photos

Le cortège s'arrête à proximité de la maison de Victorine. Son grand frère Rémi, prend alors la parole, au nom de toute la famille. La voix nouée par l'émotion. « Victorine, ma petite sœur, que c'est difficile pour Perrine qui t'attendait à la maison samedi soir, elle qui veillait sur toi et qui te réveillait le matin quand tu n'entendais pas ton réveil. Que c'est difficile pour Romane qui passait des heures dans la salle de bains, avec toi et Perrine, pour vous préparer à aller faire du shopping. Que c'est difficile pour les parents qui recevaient des SMS de ta part où tu leur faisais vivre tes journées à travers des photos. »

« Victorine, on a besoin de toi ! »

Et Rémi d'implorer : « Victorine, on a besoin de toi ! De ton rire. De te faire des câlins au petit-déjeuner. Garde-nous une place là-haut. Depuis une semaine, je passe ma tête par la porte de ta chambre pour voir ce que tu fais. Est-ce que tu te lisses tes cheveux ? Est-ce que tu dors ? » Rémi s'adresse alors directement à sa sœur : « Victorine, je sais que de là-haut, tu nous entends. Alors écoute une dernière fois ton Loulou. Veille sur toutes ces femmes qui rentrent seules. Surtout lorsqu'elles diront ton prénom. Tu nous laisses ton visage d'ange. Tu seras toujours belle aux yeux de tous. Je t'aime ma sœur ».

Par la voix de leur avocate, maître Kelly Monteiro, la famille de Victorine « a remercié du plus profond de leur cœur tous ceux qui se sont mobilisés pour les recherches dimanche dernier ». Une famille qui a repris en chœur : « Merci, merci ! » Et des dizaines de ballons blancs au nom de Victorine se sont envolés vers le ciel.