Normandie : le sauvetage en mer n’a pas chômé l’été du déconfinement

La Préfecture Maritime de la Manche et de la mer du Nord tire la sonnette d’alarme après un été animé par les imprudents plaisanciers.

 Les sauveteurs ont dû multiplier les interventions et les mesures de prévention au cours d’un été 2020 particulièrement sous tension (illustration). Ils se sont notamment portés au secours de nombreux bateaux dans des situations difficiles.
Les sauveteurs ont dû multiplier les interventions et les mesures de prévention au cours d’un été 2020 particulièrement sous tension (illustration). Ils se sont notamment portés au secours de nombreux bateaux dans des situations difficiles. LP/Olivier Boitet

Ce furent des vacances estivales sous haute tension. La Préfecture Maritime de la Manche et de la mer du Nord vient de tirer le bilan des opérations menées au cours de l'été dernier et il n'est pas bon… Entre le 1er juin et le 30 septembre, le Centre Régional Opérationnel de Surveillance et de Sauvetage en Mer (Cross), basé à Jobourg (Manche) a engagé 441 opérations de sauvetage liées aux loisirs nautiques. C'est presque 15 % de plus que l'an dernier… Plus de 1 000 personnes se sont ainsi retrouvées en situation délicate, voire périlleuse, soit 35 % de plus qu'à l'été 2019 ! Et on dénombre au bout du compte quatre décès en mer et une disparition.

Des plaisanciers occasionnels…

Ces données très significatives « s'expliquent essentiellement par une méconnaissance de la zone maritime de la part de plaisanciers souvent occasionnels et des lacunes dans la préparation de la navigation », explique-t-on à la Préfecture Maritime. En effet, la grande majorité des opérations de secours concernent des plaisanciers à moteurs ou à voile.

C'est en fait une conséquence indirecte et inattendue de la crise sanitaire. « Un grand nombre de vacanciers s'est redirigé vers les stations françaises, découvrant ainsi de nouveaux types de loisirs maritimes, sans forcément s'informer suffisamment sur les règles de sécurité en amont », expliquent encore les autorités sanitaires.

La marée en a surpris beaucoup

Ce constat est encore plus alarmant concernant les pêcheurs à pied ou les randonneurs. Les opérations de sauvetage de personnes isolées par les marées ont augmenté de 135 % par rapport à l'été dernier ! « C'est le cas d'école de l'inexpérience. La plupart des pêcheurs à pied secourus n'étaient pas de la région et appréhendaient mal les risques encourus », conclut le CROSS Jobourg.