Naufrage de migrants en Italie : les garde-côtes recherchent des disparus

Le naufrage est intervenu au large de la petite île située au sud de la Sicile alors que les gardes-côtes transféraient sur leurs vedettes les migrants en difficulté.

Selon des témoignages recueillis samedi matin auprès des survivants, cinq personnes manqueraient à l'appel. (Capture d'écran)
Selon des témoignages recueillis samedi matin auprès des survivants, cinq personnes manqueraient à l'appel. (Capture d'écran) Guardia Costiera

Les gardes-côtes italiens ont lancé des recherches après qu’une embarcation transportant une cinquantaine de migrants s’est retournée au large de l’île de Lampedusa dans la nuit de vendredi à samedi. Le naufrage est intervenu au large de la petite île située au sud de la Sicile alors que les gardes-côtes transféraient sur leurs vedettes les migrants en difficulté, ont-ils annoncé dans un communiqué.

Selon des témoignages recueillis samedi matin auprès des survivants, cinq personnes manqueraient à l’appel. Dans un nouveau communiqué publié samedi soir, les gardes-côtes ont précisé qu’«à ce stade, 45 migrants au total, tous des hommes, ont été secourus à Lampedusa ». « Les recherches se poursuivent pour retrouver d’éventuels disparus avec deux vedettes des gardes-côtes, avec le soutien aérien d’un hélicoptère » .

Beaucoup d’embarcations signalées vendredi

Les migrants ont été entendus crier à l’aide dans l’obscurité alors que des gilets de sauvetage et des aides à la flottabilité étaient jetés à la mer tôt samedi, a montré une vidéo des garde-côtes. « L’opération de cette nuit est intervenue à l’issue d’une journée particulièrement intense en raison du signalement d’un nombre important d’embarcations transportant des migrants » vendredi, avaient indiqué samedi matin les gardes-côtes.

Ces dernières heures, 102 migrants à la dérive, dont huit femmes et un enfants, ont également été secourus en Méditerranée. Ils débarqueront dimanche en Sicile, selon les ONG sur place. Durant la seule année 2020, un total de 1064 décès ont été dénombrés par les Nations unies dans la partie centrale et occidentale de la Méditerranée.