Mort du petit Jonathan : un tueur en série allemand mis en examen

Martin Ney, 50 ans, condamné pour trois homicides d’enfants et des dizaines d’agressions sexuelles, avait été remis aux autorités françaises il y a quelques jours, 17 ans après le meurtre de Jonathan Coulom en 2004 à Saint-Brevin-les-Pins (Loire-Atlantique).

 Martin Ney a été mis en examen pour « meurtre d’un mineur de moins de 15 ans » et « arrestation, enlèvement et séquestration ».
Martin Ney a été mis en examen pour « meurtre d’un mineur de moins de 15 ans » et « arrestation, enlèvement et séquestration ».  Marco Zitzow/BILD

Martin Ney, un détenu allemand déjà condamné pour des faits similaires, a été mis en examen lundi soir pour l'enlèvement et le meurtre de Jonathan, 11 ans, en avril 2004, dont le corps avait été retrouvé dans un étang près de Guérande (Loire-Atlantique), a annoncé le parquet mardi.

L'homme, remis aux autorités françaises vendredi, a été mis en examen pour « meurtre d'un mineur de moins de 15 ans et arrestation, enlèvement et séquestration, ou détournement arbitraire de mineurs de moins de 15 ans », selon la même source.

Les enquêteurs français suivaient la piste de Martin Ney, un ancien éducateur pour enfants. Depuis 1992, les policiers d'outre-Rhin étaient sur les traces de ce dangereux prédateur ayant la particularité de kidnapper ses victimes dans des lieux clos type colonies de vacances. Comme pour Jonathan, l'agresseur se débarrassait ensuite de ses proies assez loin du lieu de l'enlèvement. « L'homme en noir », ainsi surnommé en Allemagne car toujours vêtu de sombre selon les témoins, était notamment recherché pour quatre homicides commis entre 1992 et 2001 et une série d'agressions sexuelles.

En 2011, il est finalement arrêté en Allemagne. Condamné à la perpétuité dès l'année suivante, il nie catégoriquement toute responsabilité dans la mort de Jonathan. Mais comme Le Parisien - Aujourd'hui en France l'avait révélé, Martin Ney a avoué fin 2017 à un codétenu avoir commis l'enlèvement et le meurtre de Jonathan, en livrant des détails très précis. Depuis octobre 2019, il faisait l'objet d'un mandat d'arrêt européen.