AbonnésFaits divers

Lot : l’auteur d’un braquage ultraviolent chez une octogénaire interpellé

Selon nos informations, un homme de 25 ans a été mis en examen après avoir tabassé et violé une octogénaire lors d’un cambriolage à Figeac (Lot).

 L’homme de 25 ans a été mis en examen pour viol sur personne vulnérable ainsi que pour violences aggravées. (Illustration)
L’homme de 25 ans a été mis en examen pour viol sur personne vulnérable ainsi que pour violences aggravées. (Illustration) LP/Philippe de Poulpiquet

C'est une agression d'une violence inouïe qu'a subie une octogénaire de Figeac (Lot), il y a quelques jours lors du cambriolage de sa maison. Le 17 septembre, vers 5h30 du matin, les gendarmes sont appelés pour enlever un véhicule accidenté dans le centre-ville de cette commune de 10 000 habitants. A l'intérieur, ils découvrent deux téléviseurs et plusieurs objets de valeur. La plaque d'immatriculation est passée au fichier : le véhicule appartient à une femme de 83 ans vivant à moins de 300 mètres des lieux de l'accident.

Les enquêteurs se rendent sur place et font face à une femme au visage en sang, comme ravagée par les coups. Elle n'a pas encore eu le temps d'appeler la gendarmerie, mais le récit qu'elle livre est glaçant. Peu après 2 heures du matin, elle est dans son lit lorsqu'elle a la sensation que son plafond lui tombe sur la tête. En réalité, ce sont des coups qui pleuvent. La vieille dame est très violemment frappée au visage à l'aide d'une canne par un homme vêtu de noir et au visage masqué.

Aux enquêteurs de la section de recherches (SR) de Toulouse (Haute-Garonne), qui prennent la main dans l'enquête, elle explique que l'agresseur ne s'est pas contenté de la frapper. A deux reprises, elle a été violée par son assaillant. Il l'a ensuite attachée avec du ruban adhésif. Pendant près de trois heures, le cambrioleur va ensuite errer dans la maison en quête d'objets de valeur qu'il charge dans la voiture de la retraitée, garée dans le garage du pavillon. Avant de partir, il finit par lui extorquer ses codes de cartes bancaires en menaçant de la tuer. Il prend alors la fuite en voiture, qu'il abandonne quelques minutes plus loin après un accident.

Le suspect, un SDF de 25 ans

Un important travail de police technique et scientifique est mené sur la voiture par les enquêteurs de la SR de Toulouse. Ils apprennent aussi que la carte de l'octogénaire vient d'être utilisée dans un distributeur du centre-ville de Figeac. Le voleur a pris soin de masquer la caméra, mais une rapide et furtive image permet de distinguer sa silhouette.

Pour les gendarmes locaux, cela ne fait aucun doute : l'homme qui vient de retirer de l'argent est un SDF d'une vingtaine d'années qui traîne dans le centre-ville. L'homme est placé sous surveillance par les gendarmes dans l'attente du retour des expertises ADN. Le 22 septembre, les techniciens livrent leur verdict et sont formels : l'ADN retrouvé sur le ruban adhésif utilisé pour ligoter la vieille dame appartient au jeune homme de 25 ans, déjà enregistré au Fichier national des empreintes génétiques après de nombreux cambriolages.

Le 23 septembre, le suspect est interpellé dans un squat de Figeac où des objets volés chez l'octogénaire sont découverts. En garde à vue, il explique avoir effectivement participé au cambriolage, mais ne pas être responsable des violences commises sur la vieille dame. Selon lui, c'est un complice dont il ne connaît pas le nom qui est responsable des viols. Son ADN est cependant le seul à avoir été découvert chez la vieille dame. En fin de semaine dernière, il a été mis en examen pour viol sur personne vulnérable ainsi que pour violences aggravées. Il a été placé en détention provisoire.