Info Le ParisienFaits divers

A Paris, les établissements visés par les attentats du 13 Novembre sont sous protection policière

Depuis l’attaque récente de Charlie Hebdo, de nombreux établissements visés le 13 novembre 2015 à Paris bénéficient d’une protection particulière.

 De nombreux restaurants et bars ciblés le soir des attaques du 13 Novembre au Bataclan et alentour font l’objet d’une protection particulière des services de police.
De nombreux restaurants et bars ciblés le soir des attaques du 13 Novembre au Bataclan et alentour font l’objet d’une protection particulière des services de police. LP/ Frédéric Dugit

Une résurgence de souvenirs douloureux pour tout un quartier, toute une ville. L'attentat survenu le 25 septembre devant les anciens locaux de Charlie Hebdo, qui a fait deux blessés graves, a bien montré l'importance de certains sites symboliques. Critiquée, l'absence de surveillance autour de l'ancienne adresse de Charlie Hebdo a aussi démontré que, cinq ans après les attentats, ces lieux n'étaient pas à l'abri de nouvelles attaques. « L'ancien immeuble de Charlie Hebdo ne faisait l'objet d'aucune menace connue et les sociétés qui y sont actuellement hébergées n'ont fait état d'aucune menace à l'encontre de leur personnel », s'était alors défendue la Préfecture de police.

Deux jours après l'attaque, Gérald Darmanin, le ministre de l'Intérieur, avait toutefois « demandé au préfet de police de Paris de renforcer la sécurisation d'un nombre de sites, y compris de sites qui peuvent être symboliques ». Etait alors évoquée une présence policière au Bataclan ou devant l'Hyper Cacher.

Une protection diversement appréciée

Selon des sources concordantes, la Préfecture de police a finalement vu beaucoup plus large. Depuis plusieurs jours, des agents équipés de fusils-mitrailleurs sont positionnés en garde statique devant de nombreux restaurants et bars ciblés le soir des attaques du 13 Novembre au Bataclan et alentour. C'est notamment le cas au Carillon ou au Petit Cambodge, rue Allibert, dans le Xe arrondissement. Treize personnes avaient perdu la vie devant ces deux établissements. Autre café attaqué ce soir de novembre 2015, La Bonne Bière, où cinq personnes étaient mortes, bénéficie aussi d'une protection policière, nous a confirmé un responsable de l'établissement. Un camion de police est stationné depuis quelques jours devant La Belle Equipe, rue de Charonne, où 21 personnes avaient été tuées.

La plaque hommage au policier Ahmed Merabet, tué dans la première série d'attaques de janvier 2015 sur le boulevard Richard-Lenoir près des anciens locaux de Charlie Hebdo, bénéficie, elle aussi, d'une présence policière continue.

Une protection cependant diversement appréciée dans les établissements visés le 13 novembre 2015. « Ils sont là dès le matin et restent sur place toute la journée, souligne le serveur d'un des établissements protégés. Après ce qu'il s'est passé vendredi dernier dans les anciens locaux de Charlie Hebdo, c'est tout de même rassurant. »

Moins emballé, Grégory Reidenberg, patron de la Belle Equipe, qui a perdu sa femme et de nombreux clients le soir du 13 Novembre, évoque une « décision subie. D'un côté, je comprends totalement les autorités car ils ont peur d'un nouvel événement. Mais c'est assez dur à vivre, car les clients n'ont pas envie de voir des policiers et de se rappeler des mauvais souvenirs alors qu'ils viennent manger chez moi. » Grégory Reidenberg craint aussi que la présence policière continue devant son établissement « n'attire encore plus les imbéciles ».