AbonnésFaits divers

Le trafiquant international Sofiane Hambli à nouveau interpellé

INFO LE PARISIEN. L’ex-informateur anti-stup est soupçonné d'entretenir un lien avec un trafiquant présumé de Seine-Saint-Denis. La police soupçonne ce complice d’avoir voulu l’éliminer.

 Sofiane Hambli, originaire de Mulhouse, est présenté comme l’un des plus gros trafiquants de cannabis français. Evade de la prison de Metz en 2003, il vient d’être repris en Espagne.
Sofiane Hambli, originaire de Mulhouse, est présenté comme l’un des plus gros trafiquants de cannabis français. Evade de la prison de Metz en 2003, il vient d’être repris en Espagne. DR

L'un des plus gros trafiquants français, Sofiane Hambli, a une nouvelle fois été interpellé, mardi soir dans une rue de Bordeaux (Gironde), par les enquêteurs de la brigade des stupéfiants de la direction régionale de la police judiciaire de Paris. Il a été placé en garde à vue et les fonctionnaires comptent l'interroger durant les prochaines 96 heures sur un projet d'importation de cannabis qui aurait bien pu lui coûter la vie.

Cet homme originaire de Mulhouse, âgé de 45 ans, est connu pour être le personnage clé dans l'enquête sur les pratiques controversées de l'Office central pour la répression du trafic illicite de stupéfiants (OCRTIS) et aujourd'hui rebaptisé OFAST (office anti-stupéfiant). Le quadragénaire est soupçonné d'avoir floué un complice dans le cadre d'une transaction portant sur l'acheminement de quatre tonnes de résine de cannabis entre le Maroc et la Seine-Saint-Denis. Selon, les éléments recueillis lors de l'enquête, cette opération concernait une somme de 2,4 millions d'euros. « Mais le trafiquant international aurait empoché l'argent sans livrer le produit à son complice séquano-dyonisien », précise une source proche de l'affaire.

Et dans le milieu des trafiquants, c'est une chose qui se paye très cher. Les policiers le savent bien et décident, début novembre, après deux ans de surveillance, d'arrêter les frais avant que ne survienne un drame. Le 10 novembre, les enquêteurs de la brigade des stups arrêtent à leur domicile, Kamel, le gérant d'un garage à Sevran (Seine-Saint-Denis), âgé de 30 ans et sa petite amie. Le couple est placé en garde à vue au siège de la PJ à Paris. Selon nos informations, l'homme a déjà été mis en examen en 2016, dans une affaire d'importation de 200 kg de cannabis, provenant du Rif marocain, à Garges-lès-Gonesse (Val-d'Oise). Et il attend toujours d'être jugé dans ce dossier par le tribunal de Pontoise. Des heures de sonorisation ont permis de comprendre qu'il avait commencé à envisager très sérieusement d'éliminer le trop célèbre trafiquant de drogue Sofiane Hambli, surnommé la chimère. « Mais pour le moment cette affaire ne repose sur aucun élément matériel, estime une source proche du dossier qui rappelle que les sonorisations et les écoutes ne peuvent constituer à elles seules les preuves d'un projet d'assassinat ».

Un hypothétique investissement immobilier qui aurait capoté

Durant ses auditions, Kamel affirme qu'il était bien en relation d'affaires avec Sofiane Hambli mais dans le cadre d'un hypothétique investissement immobilier qui aurait capoté. Son associé ne pouvant pas le rembourser, lui aurait proposé ces quatre tonnes de résine en échange. Kamel a été mis en examen, le 14 novembre à Bobigny, pour trafic de stupéfiants et association de malfaiteurs. Le suspect a été écroué à la maison d'arrêt de Villepinte alors que sa compagne, suspectée de non-justification de ressources, a été remise en liberté sous contrôle judiciaire. Contacté, l'avocat du garagiste, Me Emmanuel Marsigny, n'a pas souhaité s'exprimer sur cette affaire en cours.

Durant les heures qui vont suivre, les enquêteurs vont interroger Sofiane Hambli et confronter sa version avec celle de son complice présumé. Mardi soir, le conseil de l'ex-informateur de l'OCRTIS Me Hugues Vigier assure qu'il « ne connaît encore rien de ce dossier ». « Je ne peux pas imaginer que mon client soit impliqué dans une nouvelle affaire liée aux stupéfiants, avance-t-il. Mais compte tenu de sa réputation, je ne serais pas étonné qu'on essaie de lui faire endosser ce genre de faits ».

Le 17 octobre 2015, les agents des douanes opèrent une saisie de sept tonnes de cannabis dans trois camionnettes garées sur le boulevard Exelmans à Paris (XVI e). L'enquête révélera que Sofiane Hambli était derrière cette impressionnante importation de drogue et la poursuite des investigations a démontré que le trafiquant opérait pour le compte de l'Office. Après trente mois de détention, dans ce dossier, le trafiquant sort de prison en octobre 2018, puis il est réincarcéré un mois plus tard, après s'être rendu en Espagne en violation de son contrôle judiciaire. Il a été libéré durant l'été 2019 contre une caution de 150 000 euros.