La famille d’un Afro-Américain tué par la police touche 20 millions de dollars

William Green, un Américain de 43 ans, avait reçu six balles le 27 janvier alors qu’il était dans une voiture de police.

 William Green fait partie des Afro-américains tués par la police ces derniers mois, dont la mort est à l’origine du mouvement historique Black lives matter aux Etats-Unis.
William Green fait partie des Afro-américains tués par la police ces derniers mois, dont la mort est à l’origine du mouvement historique Black lives matter aux Etats-Unis.  AFP/Frederic J. BROWN

« Quand nous sommes en faute, nous prenons nos responsabilités », a justifié Angela Alsbrooks, la directrice du comté de Prince George, disant avoir « accepté la responsabilité » de la mort de William Green. Ce lundi, l'avocat de la famille de cet Afro-Américain tué par un policier alors qu'il était menotté a annoncé que ses proches recevront 20 millions de dollars (17, 14 millions d'euros) de dédommagement au terme d'un accord passé avec les autorités.

Ce montant est l'un des plus élevés pour une bavure policière aux Etats-Unis. Il s'agit, selon l'avocat William Murphy d'un « accord historique » signé avec le comté du Prince George (Maryland), près de Washington, « qui reflète la nature haineuse, brutale et insensée de ce qui est arrivé à M. Green ».

L'auteur des tirs licencié et inculpé

William Green, 43 ans, avait été touché de six balles le 27 janvier alors qu'il était dans une voiture de police, les mains menottées dans le dos. Il est décédé le lendemain de ses blessures à l'hôpital. Il avait été arrêté par un policier, Michael Owen, pour un accident de la circulation. L'agent avait expliqué avoir tiré en état de légitime défense sur William Green alors que celui-ci tentait de prendre son arme. Michael Owen, qui ne portait pas de caméra-piéton lors de l'incident, a été depuis licencié de la police et inculpé d'homicide.

L'avocat de la famille de la victime a notamment fustigé le manque de réactivité de la police du comté alors que le policier, également Afro-Américain, avait fait l'objet de deux signalements pour violences quelques mois auparavant, selon une enquête du Washington Post. « Il y a une tendance terrible de violence insensée, des choses dans son passé qui étaient terrifiantes », a-t-il affirmé.

12 millions de dollars pour la famille de Breonna Taylor

Cet accord intervient deux semaines après celui passé entre la mairie de Louisville dans le Kentucky et la famille de Breonna Taylor, une jeune Afro-Américaine tuée en mars lors d'une perquisition controversée, qui a reçu 12 millions de dollars de dédommagement.

William Murphy avait déjà négocié un accord de 6,4 millions de dollars entre la ville de Baltimore et la famille de Freddie Gray, un jeune Afro-Américain mort dans des circonstances troublantes après son arrestation en 2015.