AbonnésFaits divers

L’incroyable opération pour évacuer Alain, 220 kilos, bloqué chez lui

Atteint d’obésité morbide et pesant plus de 220 kilos, Alain est piégé dans son logement insalubre de Perpignan depuis des mois au péril de sa vie. Une logistique exceptionnelle vient enfin d’être organisée pour le sortir.

 Immobilisé chez lui à la suite d’une chute, Alain Panabière va pouvoir être libéré de son logement d’ici à quinze jours.
Immobilisé chez lui à la suite d’une chute, Alain Panabière va pouvoir être libéré de son logement d’ici à quinze jours. LP/Christian Goutorbe

Depuis huit jours, une lueur d'espoir balaie enfin le visage d'Alain Panabière, 52 ans, blessé, allongé depuis des mois à même le sol d'un appartement insalubre du quartier Saint-Jacques, à Perpignan (Pyrénées-Orientales). Incapable de bouger, de se lever : Alain est atteint d'obésité morbide. Son poids dépasse les 220 kilos.

Après des semaines d'incertitudes et de palabres, l'opération d'évacuation est prête et sera mise en œuvre dans les 15 jours à venir. Tous les acteurs de la mission — pompiers du Sdis 66, professeurs et médecins du CHU de Montpellier, dont le professeur Antoine Avignon, le Smur 34, maçons et grutiers, services de la préfecture — ont fait le déplacement pour évaluer l'état de santé de ce patient hors-norme et produire le plan d'exfiltration du premier étage de cette maison en mauvais état.

L'opération de grande ampleur est minutieuse pour bouger ce corps immobile depuis des mois. « Nous avons levé les blocages qui pouvaient exister entre les CHU de Toulouse et de Montpellier qui va le recevoir à sa sortie. Nous avons obtenu l'accord écrit du patient lui-même et de son frère pour pouvoir intervenir, ce qui n'était pas le cas jusque-là », explique-t-on à la préfecture.

L’incroyable opération pour évacuer Alain, 220 kilos, bloqué chez lui

Pour le sortir, sapeurs-pompiers du SDIS 66 et médecins (une anesthésiste et un réanimateur) vont travailler sur un sol et entre des murs instables qu'il faudra étayer avant d'ouvrir une brèche jusqu'au plancher à hauteur de la fenêtre pour passer le patient dans un conteneur suspendu au bout d'un câble. Pour atteindre le conteneur, il faudra au préalable faire glisser Alain sur une membrane souple. Puis, pour le descendre dans la rue, c'est donc une grue capable de lever 100 tonnes qui fera le travail.

« Techniquement, c'est une opération classique, sauf qu'il y a la vie d'un homme au bout du câble, explique Michel Serret de l'entreprise de grutage Hugon. Il a fallu mettre au point un protocole spécifique avec les services de la préfecture pour obtenir leur autorisation. La piste du chariot élévateur dans la rue était trop risquée. » Une opération qui prévoit de garer la grue derrière la maison avant de déployer la flèche de 60 mètres au-dessus du toit et atteindre le conteneur.

Ainsi délivré le quinquagénaire sera placé sur une civière spéciale puis dans une ambulance du Smur 34, destination le service digestif de l'hôpital Saint-Eloi. Les soins y seront prodigués sous l'autorité des professeurs Antoine Avignon, Isabelle Quéré et David Nocca.

« Incontestablement, après des mois de blocage, nous sommes enfin sur la bonne voie », commente Me Jean Codognès, l'avocat d'Alain. Le 30 octobre dernier, lassé par les blocages multiples, Me Codognès avait déposé, auprès du procureur de la République de Perpignan une plainte pour « non-assistance à personne en danger et omission de porter secours à personne en péril » au nom d'Alain Panabière et de la Ligue contre l'obésité. Aujourd'hui, la machine s'est mise en marche pour qu'après ce calvaire, le colosse de Perpignan ait une vraie vie, enfin.