Isère : l’adolescente qui prétendait avoir été enlevée et violée avait tout inventé

Pour seule explication à son affabulation, l’adolescente de 15 ans, qui s’est scarifiée elle-même, a avancé « qu’elle ne se sentait pas bien actuellement ».

 Le parquet avait ouvert jeudi une enquête pour enlèvement, séquestration, actes de torture et viols sur mineur (illustration).
Le parquet avait ouvert jeudi une enquête pour enlèvement, séquestration, actes de torture et viols sur mineur (illustration). LP/Philippe Lavieille

Elle avait été découverte par une passante jeudi vers 9 heures, selon les pompiers, « à moitié nue » et « prostrée » dans un buisson du parc. Une adolescente, retrouvée dénudée jeudi dans un parc d'Échirolles (Isère) et qui prétendait avoir été enlevée et violée, a reconnu avoir « totalement inventé » son histoire, indique vendredi le parquet de Grenoble.

« Elle indique avoir fait elle-même des scarifications et l'examen médical n'a pas mis en évidence de traces de violences sexuelles », précise le procureur de la République Éric Vaillant dans un communiqué. Pour seule explication à son affabulation, l'adolescente de 15 ans a avancé « qu'elle ne se sentait pas bien actuellement ».

Traces de coups au visage

La jeune fille présentait des traces de coups de poing au visage et des coups de cutter superficiels sur la peau, selon les pompiers intervenus sur place. Elle avait expliqué à la police avoir été enlevée une heure plus tôt à Claix, au sud de l'agglomération grenobloise, par « trois hommes encagoulés » qui l'auraient emmenée dans un bois à bord d'un véhicule.

Là, elle aurait été frappée, torturée avec un cutter et violée avant d'être relâchée dans le parc. Le parquet avait ouvert jeudi une enquête pour enlèvement, séquestration, actes de torture et viols sur mineur. L'adolescente va désormais être entendue pour « dénonciation de délit imaginaire », une infraction punie de six mois d'emprisonnement et de 7500 euros d'amende.