Inceste : le producteur Gérard Louvin visé par une plainte de son neveu

Aujourd’hui âgé de 48 ans, le neveu du producteur de télévision porte plainte contre son oncle et le mari de ce dernier, Daniel Moyne, pour des faits de viols et complicité de viols par ascendant qu’il affirme avoir subis lorsqu’il était enfant.

 Le producteur Gérard Louvin est accusé par son neveu d’avoir abusé de lui.
Le producteur Gérard Louvin est accusé par son neveu d’avoir abusé de lui. LP/Frédéric Dugit

Olivier A. a attendu 48 ans et une vie « brisée » pour trouver la force de témoigner. Ce lundi, il livre au journal Le Monde des souvenirs d'enfance liés à des faits présumés d'inceste, qu'il impute à son oncle, le producteur de télévision Gérard Louvin, ainsi qu'au mari de ce dernier, Daniel Moyne.

Le neveu de Gérard Louvin a déposé une plainte à l'encontre du couple le 8 janvier dernier pour « viols sur mineur de moins de 15 ans par ascendant », « complicité de viols sur mineur de moins de 15 ans par ascendant » et « corruption de mineurs », rapporte le quotidien.

Les faits ont commencé lorsqu'il avait « 10, 11 ans », explique-t-il. Gérard Louvin et son compagnon l'invitaient à dormir dans leur appartement de Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine). C'est là que Daniel Moyne, alors la trentaine, « lui a imposé des masturbations et des fellations », dans le silence complice du producteur vedette de télévision, selon la plainte dont rend compte Le Monde.

Ce calvaire se répétera ensuite « très souvent », d'après le plaignant, jusque dans le sous-sol de la maison des parents d'Olivier. Les faits, selon lui, « se sont aggravés jusqu'à l'âge de 14 ans ». Mais début janvier, la parution du livre de Camille Kouchner, « La Familia Grande » (Ed. du Seuil), sur les viols présumés subis par son frère, permet une libération de la parole, un « électrochoc » pour Olivier A.

Sa plainte suit. « Elle permet à mon client de formaliser, sur le plan judiciaire, et quelle que soit l'issue donnée, la possibilité de se voir reconnaître son statut de victime », explique au quotidien du soir son avocat, Maître Pierre Debuisson.

Gérard Louvin et Daniel Moyne démentent

Olivier A. se confie pour la première fois au milieu des années 2000 sur les viols qu'il affirme avoir subis, au cours d'une thérapie familiale. « Au début, je ne voulais pas y croire, explique sa mère, la sœur de Gérard Louvin, au Monde. Je n'associais pas l'idée de mon frère, que j'admirais, et celle d'un pédophile. »

De son côté, Gérard Louvin, l'unique frère de sa mère, rejette ces accusations et évoque dans le quotidien « un chantage permanent à l'argent de la part d'Olivier », qui « pense que Gérard est très riche, donc il lui demande de l'argent sous peine de déposer plainte », transcrit son avocat, Me Christophe Ayela.

Newsletter L'essentiel du matin
Un tour de l'actualité pour commencer la journée
Toutes les newsletters

Daniel Moyne indique, lui, par la voix de son avocate, qu'il « nie évidemment les accusations en bloc ». Dans un mail qu'il leur a envoyé le 1er septembre dernier, Olivier A. leur reproche d'avoir « ruiné/brisé plus de trente ans de [sa] vie ».