Haute-Loire : accidents mortels de tracteur en série depuis six mois

Le même scénario se répète : un tracteur dépourvu de cabine ou d’arceau de protection se renverse ou se retourne. Et l’issue peut être fatale.

 Ces tracteurs dépourvus de cabine ou d’arceau de protection , mais ilsne  sont de sortie que pour une fête des moissons, dans les Yvelines.  (Illustration)
Ces tracteurs dépourvus de cabine ou d’arceau de protection , mais ilsne sont de sortie que pour une fête des moissons, dans les Yvelines. (Illustration) LP/V.W.

Série mortelle d'accidents de tracteur en Haute-Loire : six personnes ont été tuées en six mois dans ce département, lors d'accidents impliquant des engins agricoles mal sécurisés.

Dernière victime en date, un homme de 68 ans, a perdu la vie lundi après-midi à Vergongheon, près de Brioude, après avoir perdu le contrôle de son tracteur forestier.

L'engin aurait mordu le bas-côté puis fait plusieurs tonneaux pour finir sa course sur ce terrain très pentu. Le conducteur, un exploitant à la retraite, a été « éjecté du véhicule pendant que celui-ci dévalait la pente», explique le quotidien La Montagne. En dépit de l'arrivée rapide d'un voisin puis des secours dépêchés sur les lieux, avec un hélicoptère de la sécurité civile, le sexagénaire n'a pu être ranimé.

En juillet, le conducteur d'un engin agricole est décédé dans des circonstances similaires, ainsi que le garçon de 12 ans qui l'accompagnait, dans ce département de 220 000 habitants. « Cela fait beaucoup de victimes et ça devrait interpeller les autorités », a commenté un représentant du Service départemental d'incendie et de secours de la Haute-Loire.

Renforcer la prévention

C'est le même scénario qui se répète : le tracteur dépourvu de cabine ou d'arceau de protection - bien que ce soit obligatoire pour tous les modèles, anciens ou récents - bascule sur le côté ou se retourne, avec le plus souvent une issue fatale.

Malgré la modernisation du parc de tracteurs et la loi qui impose depuis 2010 une protection pour le conducteur, ce scénario reste la première cause d'accident mortel chez les agriculteurs.

Face à ce qu'il qualifie « d'hécatombe », le président de la Chambre d'agriculture de la Haute-Loire, Yannick Fialip, suggère un renforcement des actions de prévention, avec les services de l'Etat et les assureurs du monde agricole.

Ces accidents qui surviennent le plus souvent en dehors du réseau routier, sur des terrains privés, sans l'intervention d'un tiers, « constituent un trouble à l'ordre public pour lequel une réponse est nécessaire », juge pour sa part le procureur de la République au Puy-en-Velay, Nicolas Rigot-Muller.