AbonnésFaits divers

«Harcèlement en meute» : messages haineux et insultants, le procès inédit d’un youtubeur

Il est jugé ce lundi devant le tribunal correctionnel de Versailles (Yvelines) pour avoir mené des raids numériques contre huit internautes et créateurs de contenu ainsi que leur avocate.

 Habannou S., alias Marvel Fitness, risque deux ans de prison et 30 000 euros d’amende pour « harcèlement en meute ».
Habannou S., alias Marvel Fitness, risque deux ans de prison et 30 000 euros d’amende pour « harcèlement en meute ». YouTube

« J'espère que tu crèves, on a pas besoin de s***** comme toi dans ce monde. Meurs ! Suicide-toi ! » Ce lundi à 14 heures, s'ouvrira au tribunal judiciaire de Versailles (Yvelines) l'un des premiers procès pour « harcèlement en meute » ou « raids numériques », infraction entrée dans le Code pénal en 2018 et passible de deux ans de prison et 30 000 euros d'amende. Les peines peuvent être portées à trois ans de prison et 45 000 euros d'amende en cas de circonstances aggravantes, si la victime a moins de 15 ans ou est manifestement vulnérable par exemple.

Marvel Fitness, un youtubeur de 31 ans, originaire de Chanteloup-les-Vignes, est renvoyé pour « diffusion de messages haineux outrageants, insultants, […] malveillants » de façon « réitérée » et pour avoir « volontairement exercé des violences » sur une avocate.

Neuf personnes, âgées de 19 à 34 ans, huit internautes anonymes et personnalités appartenant de près ou de loin au monde du fitness ainsi que leur avocate accusent donc le youtubeur aux 146 000 abonnés. En clair, selon Me Laure-Alice Bouvier, Marvel Fitness, de son vrai nom Habannou S., aurait « encouragé » via la plateforme de vidéo en ligne et les réseaux sociaux sa communauté de fans à harceler ses cibles et à s'en prendre à ses « ennemis ». Une communauté d'admirateurs qu'il appelle « le Wakanda », en référence au pays africain fictif présent dans l'univers Marvel.

« Il sous-entend même que mon client se prostitue »

Tout commence en août 2018 pour le premier client de Me Laure-Alice Bouvier. Le jeune sportif, connu notamment pour sa participation à une téléréalité, critique dans un commentaire une réalisation de Marvel Fitness, dont la chaîne propose initialement des vidéos de musculation. Vexé, Habannou S. poste dès le lendemain une vidéo intitulée « Drama du mois ! Clash téléréalité ». Son contenu ? « Une montagne d'insanités, d'injures, de menaces » déversée sur sa cible rebaptisée « Katsumi » en raison de ses origines asiatiques. « Il sous-entend même que mon client se prostitue », détaille l'avocate. Cette vidéo, précise pourtant Marvel Fitness, il faut la « prendre avec humour, svp ! »

L’avocate d’un sportif visé par le Youtubeur parle d’une « montagne d’insanités, d’injures, de menaces ». DR Capture écran réseaux sociaux
L’avocate d’un sportif visé par le Youtubeur parle d’une « montagne d’insanités, d’injures, de menaces ». DR Capture écran réseaux sociaux  

Mais une internaute belge, une jeune youtubeuse fitness, désapprouve son contenu et ne s'en cache pas lorsqu'un abonné lui demande de donner son avis publiquement. Celle qui est désormais appelée « la folle » se retrouve à son tour la cible de raids numériques « incités » par le youtubeur, dénonce son avocate. Son compagnon d'alors, lui aussi plaignant dans cette affaire, sera surnommé « la zoulette » ou « le soumis ». Les parents de la jeune femme sont contactés, elle reçoit des messages l'encourageant à se suicider, les marques avec qui elle travaille sont menacées d'être boycottées.

« Il attaque sa vie personnelle et professionnelle, c'est frénétique », note Me Laure-Alice Bouvier. Des dizaines de vidéos YouTube, des milliers de stories publiques (ces vidéos éphémères postées sur Instagram), des centaines de tweets postés par des internautes le plus souvent anonymes. En tout, ce sont plusieurs milliers de pièces qui alimentent le dossier. La grande majorité constatée par huissier.

L'avocate des plaignants à son tour harcelée

D'autres plaignants sont traités par des internautes de « raton laveur », de « feuj », de « faces de rats » et « gros culs » dans des messages parfois relayés sur Twitter par Habannou S. Au point que certains ferment tous leurs comptes. Pour se défendre, après plusieurs tentatives d'apaisement à l'amiable, la jeune influenceuse belge essaye à l'automne 2018 de riposter. « Elle a diffusé une fake dick pic de Marvel (NDLR : un montage photo d'un pénis qu'elle a attribué au prévenu), explique son avocate. Mais c'était une erreur et elle s'en est excusée en confrontation. » Rien n'y fait, le harcèlement redouble, précise encore Me Bouvier.

Chose particulière, lors de ce procès, l'avocate des plaignants, est elle aussi partie civile. « A partir du moment où j'ai commencé à défendre mes huit clients, je suis entrée dans la liste des ennemis de Marvel Fitness », explique Me Laure-Alice Bouvier, très active sur les réseaux sociaux et particulièrement sur Instagram qu'elle considère comme sa « vitrine professionnelle ». « J'ai mis beaucoup de temps à porter plainte, mon rôle est de défendre les victimes, je ne voulais pas être victime moi-même, mais je n'ai pas eu le choix. »

Messages privés, tweets, « story » sur Instagram. Laure-Alice Bouvier est renommée « l'Indienne » et se retrouve elle aussi harcelée. En mai 2019, alors que l'avocate plaide aux prud'hommes de Bobigny (Seine-Saint-Denis), elle est suivie et filmée par Habannou S. Quelques heures plus tard, la vidéo jaillit sur YouTube sous le nom « Isadora Parodie », en référence au « journaliste Gilet jaune » connu pour ses interviews sauvages de personnalités publiques.

« On veut simplement que cela cesse »

Selon l'avocate, les attaques visent à « détruire » sa vie professionnelle. Des dizaines d'avis dénigrant son travail apparaissent en mai 2020 sur le compte Google de son cabinet : « N'a d'avocat que le titre et encore plus à l'aise en shooting photo qu'à la barre », « mauvaise suceuse », « A coz d'elle mon oncle est en prison sale p*** », « Elle était chargée de ma défense pour une affaire de vol de tomate. J'ai pris 15 ans ferme, je déconseille. »

« Harcèlement en meute », donc. Mais le youtubeur Habannou S. se retrouvera seul sur le banc des prévenus ce lundi après-midi. Alors où est « sa » meute ? « Si on avait déposé plainte contre chaque internaute auteur de messages injurieux ou menaçants, on n'aurait pas eu de procès aussi rapidement, justifie Me Bouvier. Devant l'urgence de la situation, on ne pouvait pas attendre que la justice retrouve tous les propriétaires de ces comptes anonymes. On veut simplement que cela cesse. » L'avocate, qui se dit « épuisée par le harcèlement », ne réclame qu'un euro symbolique de dommages-intérêts pour ses clients.

Avec l'accord de la commission de déontologie de son barreau, Me Laure-Alice Bouvier se présentera donc ce lundi au tribunal dans le rôle d'avocate et de partie civile. Me Marc Goudarzian, conseil de Marvel Fitness, s'en étonne : « C'est une chose inédite qu'en France, on puisse être partie civile et avocate des parties civiles à la même audience, pour les mêmes infractions et contre le même prévenu », note l'avocat qui refuse de s'exprimer sur le fond de l'affaire.

Contacté par nos soins, son client a refusé de s'exprimer. Celui qui se trouve sous contrôle judiciaire depuis le mois de juin commente cependant régulièrement l'affaire dans des vidéos postées sur sa chaîne YouTube.